ANA Belém’s Designers

TOP Designerat Belém

Ecrit avant épisode Covid-19 / Written before Covid-19

Ana Romero (online) & Ana Jésus (online)

Belém is the « new » cultural district of Lisbon, but not that, designers develop their activities there, in particular two talented Portuguese women:
Ana Romero | Ana Romero Collection, Centro Culturel Belém
Ana Jesus | From Hand, Rua da Junqueira 362 (opposite MAAT)

Design graphique, New York & Lisbonne, Ana Romero Collection

Si Ana Romero étudie à la Faculdade de Belas-Artes à Lisbonne (2006), c’est New York qui lui « offre » ses premiers succès. « Après y avoir travaillée pour un studio de design international et des grandes marques anglo-saxonnes, j’ai souhaité prendre mon indépendance. Ma première collection est prête, un design graphique chamarré aux antipodes des couleurs sombres en vogue dans les années 2010. Un lancement fulgurant grâce aux synergies new-yorkaises. En fait, à la suite d’un isolement total, je capitalise sur ma présence au salon International Contemporary Furniture Fair (ICFF) où la grande enseigne Barneys y repère ma collection. Leurs flashs online suivent. C’est une expérience que je souhaite à tous, c’est fantastique, vous devenez l’invité du talkshow Gossyp Girl… votre travail est sublimé.

Forte de cette expérience, mon mari revenant en Europe, puis au Portugal, je retiens l’idée de présenter ma collection au Centro Culturel de Belém où nous nous sommes rencontrées. »

En effet, depuis le printemps 2019, je porte les « carrés » en soie de la collection Ana Romero. J’adore leurs couleurs, leurs différents motifs qui se marient facilement à ma garde-robe sans occulter leur qualité prix remarquable. « Ana raconte des histoires colorées. Dans mon travail, la couleur parle plus fort que les mots. ».
Le showrom associe également la ligne Claus Porto que j’affectionne tant (Entre Nous n°1). Les sacs Maria Maleta ainsi que les céramiques Elsa Rebelo et Maria Castel Branco, tradition, design, les valeurs portugaises.

If Ana Romero studied at the Faculdade de Belas-Artes in Lisbon (2006), it was New York who « offered » her first successes. « After working there for an international design studio and major Anglo-Saxon brands, I wanted to gain my independence. My first collection is ready, a graphic design brimming with the dark colors in vogue in the 2010s. A Dazzling launch thanks to New York synergies. In fact, following a total isolation, I capitalize on my presence at the International Contemporary Furniture Fair (ICFF) where the big Barneys brand locates my collection. Their online flashes follow. It’s an experience that I wish everyone, it’s fantastic, you become the guest of the Gossyp Girl talkshow … your work is sublimated. With this experience, my husband returning to Europe, then to Portugal, I retain the idea of ​​presenting my collection at the Centro Culturel de Belém where we met.  » In fact, since spring 2019, I have been wearing the silk « squares » from the Ana Romero collection. I love their colors, their different patterns which blend easily with my wardrobe without hiding their remarkable price quality. « Ana tells colorful stories. In my work, color speaks louder than words. ». The show also combines the Claus Porto line that I love so much (Entre Nous n ° 1). The Maria Maleta bags as well as the Elsa Rebelo and Maria Castel Branco ceramics, tradition, design, Portuguese values.

Handmade, décoration de la maison, From Hand by Ana Jésus

Passionnée de décoration et de textile en particulier, Ana Jésus étudie à la faculté IADE à Lisbonne. Lors d’un stage, la pratique prend le pas sur le diplôme final, car Ana est enthousiaste à la réalisation de vitrine pour les plus grandes marques portugaises. Ainsi, elle est débauchée par Traces of Me* pour laquelle elle travaille une quinzaine d’années entre vitrines, salons internationaux… et création.
L’arrivée d’une petite fille, Francesca, change la donne, la fin des tours du monde sonne le glas. La logique mène à trouver son indépendance, ce qui sera le cas en 2019, avec l’ouverture d’un premier magasin proche de Sintra puis, à Belém.

Passionate about decoration and textiles in particular, Ana studies at the IADE faculty in Lisbon. During an internship, practice takes precedence over the final diploma, because Ana is enthusiastic about the creation of a window for the biggest Portuguese brands. Thus, she was poached by Traces of Me * for which she worked for fifteen years between shop windows, international fairs … and creation. The arrival of a little girl, Francesca, changes the game, the end of the round the world sounds the death knell. Logic leads to finding independence, which will be the case in 2019, with the opening of a first store near Sintra and then in Belém.

TOP Déco 1 Adeline A Lisbonne @decorativeart_pjonet
Les idées sont originales, les matériaux organiques, à Bélem Ana est notre interlocutrice directe… La boutique inspire, est structurée, optimisée… nous pourrions croire qu’elle a fait des vitrines toute sa vie ! Les couleurs sont sublimées face à des tons neutres, un qualité prix ReMarQuable…
Attention et délicatesse portugaise, tout ce j’aime.
L’espace présente aussi la délicate collection de bijoux MVG Jewelry, les véritables bougies traditionnelles 1889, les bloc-notes livre old fashion de Lamali (Paris). J’adooore !

TOP Deco 1 Adeline A Lisbonne @decorativeart_pjonet The ideas are original, the organic materials, at Belém Ana is our direct interlocutor … The shop inspires, is structured, optimized … we could believe that she made windows all her life! The colors are sublimated in front of neutral tones, a quality ReMarQuable price … Attention and Portuguese delicacy, everything I like. The space also presents the delicate collection of jewelry MVG Jewelry, the real traditional candles 1889, the blocks- notes old fashion book by Lamali (Paris). I love it!

*Le monde est petit, « Traces of Me » fait partie de mon trio de « fashion designer » portugais. Un autre jour, je vous parlerai aussi de cette biologiste convertie dans les années 2000 au monde de la mode et de la décoration.
* The world is small, « Traces of Me » is part of my trio of Portuguese « fashion designer ». Another day, I will also tell you about this biologist who converted in the 2000s to the world of fashion and decoration.

48h, c’est le minimum pour visiter Bélem.
Téléchargement gratuit / Free download

Retrouvez toutes les informations et critiques sur l’application :
1. Centro Cuturel de Belém + Museu Bérardo
2. Torre de Belém
3. Jeronimo + Museu da Arqueologia + Museu da Marinha
4. Padrao dos Descobrimentos + Museu de Arte Popular
5. Museu dos Coches
6. MAAT
7. Cordoaria Nacional
8. Ponte 25 Abril
9. Jardims + Palacio da Ajuda
10. Museu de Etnologia
etc.

Je vous conseille l’hôtel : Palacio do Governador *****

Lisbonne regorge de TOP designers en devenir, car le peuple portugais est aussi créatif que le pays est ouvert sur le monde (le triste épisode du Covid-19 l’a dernièrement rappelé au monde entier). Un réel espace de communication devrait plus naturellement les médiatiser. Le Portugal n’a vraiment rien à envier aux autres nations, mais nul n’est prophète dans son pays ! Cela est malheureux lorsqu’un si petit pays regorge de pépites… et que le Covid 19 succède à la crise de 2010, la double peine (article écrit en février 2020).

Lisbon is full of TOP designers in the making, because the Portuguese people are as creative as the country is open to the world (the sad episode of Covid-19 recently reminded the world). A real communication space should more naturally publicize them. Portugal really has nothing to envy other nations, but no one is a prophet in their country! This is unfortunate when such a small country is full of nuggets … and the Covid 19 succeeds the crisis of 2010, double trouble (article written in February 2020).

#Portugalfazbem

Ce jeudi 14 mai a eu lieu la première rencontre online pour présenter cette nouvelle application qui me semble avoir pour objectif de répondre à cette demande. A suivre.

This Thursday, May 14, took place the first online meeting to present this new application which seems to me to aim to meet this demand. To be continued.

Art à Bairro Alto

Français / English

Mémoire, Dialogue, azulejo, art contemporain, Gallery Ratton

Pour reprendre l’expression française, tradition et modernité sont les deux mamelles du Portugal, à l’image de la culture Azulejo, et du travail mené par la Galeria Ratton depuis 1987. A l’origine, une femme, Ana : « J’ai collaborée avec mon amie, Rosa Almeida, à la manufacture de Bordallo Pinheiro de Caldas da Rainha où j’ai pu apprécier les techniques de la céramique. »

Memory, Dialogue, azulejo, contemporary art, the Ratton Gallery To use the French expression, tradition and modernity are the two udders of Portugal, like the Azulejo culture, and the work done by Galeria Ratton since 1987. Originally, a woman, Ana: « J ‘ collaborated with my friend, Rosa Almeida, at the factory of Bordallo Pinheiro of Caldas da Rainha where I could appreciate the techniques of ceramics.  »

Ana Maria Vegas | Tiago Montepegado
GALERIA RATTON

Racontez-nous Ana ?
« Remontons aux années 85, la production industrielle ne faisait plus que reproduire d’anciens azulejos, nous nous éloignions de leur vocation première et de leur aspect d’origine. Par conséquent, il était urgent de fabriquer et de montrer l’azulejo avec son réel potentiel, non seulement technique, mais aussi en tant qu’expression actuelle et moderne de l’art portugais, c’est à dire en revalorisant le langage de  l’azulejo. 
Au Portugal, depuis le XVIe siècle, l’azulejo était utilisé pour recouvrir d’importants bâtiments. Au fil du temps, les murs extérieurs et intérieurs ont été recouverts intégrant toujours l’architecture des bâtiments. La nouvelle expression de l’azulejo ne renie pas la tradition, mais elle intègre aussi la notion de nuance. Si on parle couleur, texture, vernis aux techniques de fabrication utilisés à l’âge d’or de l’azulejo (en particulier au XVIIIe siècle), les possibilités techniques contemporaines se sont multipliées et ont contribué à créer de nouvelles manières de peindre la céramique. Le plus important reste la connaissance et la compréhension du matériau par l’artiste, compte tenu de l’évolution des techniques de fabrication et des nouvelles façons de concevoir les espaces architecturaux.
À la fin, les azulejos continuent de jouer le même rôle c’est à dire refléter les conflits et les tendances de notre époque.
La culture Azulejo a un devoir de mémoire, mais il est aussi très important de noter que l’œuvre de l’artiste invite à une émotion, à découvrir un message supplémentaire. 
Depuis 2005, mon fils Tiago, architecte, m’a rejoint, bien-sûr il a été bercé, nourri à l’azulejo ! Un projet, c’est beaucoup de dialogue et de sensibilité. ».
Ana, Tiago, les œuvres réalisées ne mériteraient pas un code QR ? Probablement.

Tell us Ana? « Looking back to the ’85s, industrial production was no more than reproducing old tiles, we were moving away from their original vocation and their original appearance. Therefore, it was urgent to manufacture and show the azulejo with its real potential, not only technical, but also as current and modern expression of Portuguese art, ie by revaluating the language of the azulejo .
In Portugal, since the 16th century, azulejo was used to cover important buildings. Over time, the exterior and interior walls have been covered, always incorporating the architecture of the buildings. The new expression of the azulejo does not deny tradition, but it also incorporates the notion of nuance. If one speaks about color, texture, and varnish to the manufacturing techniques used in the golden age of the azulejo (especially in the 18th century), the contemporary technical possibilities have multiplied and have contributed to create new ways of painting the ceramic. The most important is the artist’s knowledge and understanding of the material, given the evolution of manufacturing techniques and new ways of designing architectural spaces.
In the end, azulejos continue to play the same role, reflecting the conflicts and trends of our time.
The Azulejo culture has a duty to remember, but it is also very important to note that the artist’s work invites an emotion, to discover an additional message.
Since 2005, my son Tiago, architect, joined me, of course he was rocked, fed the azulejo! A project is a lot of dialogue and sensitivity. « .
Ana, Tiago, the completed works do not deserve a QR code? Probably.

Dialogue, le maître mot
Quel définition donneriez-vous à votre Dialogue ? – « Avec l’artiste, c’est difficile à dire, car les liens, la passion que nous avons pour son travail déplace le discours vers une dimension complexe. Nous pourrions résumer que la communion du dialogue avec l’artiste fait que le projet aboutit. Ou non, ou 30 ans plus tard ! »
A quel projet pensez-vous ?  – « Celui qui va être inauguré ce prochain 18 décembre, situé entre le MAAT et le Museu dos Coches, Célébration du centenaire de la naissance de Sophia de Mello Breyner Andresen – ESPACE ENTRE MOT ET COULEUR – SOPHIA e MENEZ.
Ce projet a été conçu en 1990, avec l’artiste Menez, décédée en 1995, qui n’avait pas été réalisé. Le projet à Belém  cette fois-ci présente toutes les conditions pour un résultat totalement réussi  car il est un hommage à deux artistes reconnus, de notoriété internationale. Ce grand projet a été possible grâce à la Mairie de Lisbonne ».
Et côté « acheteur », comment cela se passe t-il ? « Nous écoutons la demande et progressivement, nous cernons le ou les objectifs, nous pensons à l’artiste qui pourrait relever le défi, les Dialogues s’installent et « petit à petit l’oiseau fait son nid » ! 

100 ans | Sophia e Menez

Dialogue, the key word What definition would you give to your Dialogue? – « With the artist, it’s hard to say, because the links, the passion we have for his work moves the discourse towards a complex dimension. We could summarize that the communion of dialogue with the artist makes the project successful. Or no, or 30 years later! « 
What project do you think? – « The one to be inaugurated next December 18, located between the MAAT and the Museu dos Coches, Celebration of the centenary of the birth of Sophia de Mello Breyner Andresen – SPACE BETWEEN WORD AND COLOR – SOPHIA e MENEZ.
This project was conceived in 1990, with the artist Menez, who died in 1995, which had not been realized. The project in Belém this time presents all the conditions for a totally successful result as it is a tribute to two recognized artists of international renown. This great project was possible thanks to the Lisbon City Council « .
And « buyer » side, how does it go? « We listen to the demand and gradually, we identify the objective (s), we think about the artist who could take up the challenge, the Dialogues settle and » little by little the bird makes its nest « !

A la Galeria Ratton
La galerie expose les projets et des azulejos à l’unité de tous les artistes avec qui la galeria Ratton a développé de grands projets. Jusqu’au 17 janvier, l’exposition présente le travail de l’artiste Helena Lapas « POÉTIQUE des SURFACES ET MARQUES DU TEMPS ». Pour cette (superbe) exposition, nous collaborons avec le Musée de l’Histoire Naturelle – MUNHAC.

At the Gallery Ratton The gallery exhibits projects and tiles to the unity of all artists with whom la galeria Ratton has developed great projects. Until January 17, the exhibition presents the work of the artist Helena Lapas « POETIC OF SURFACES AND BRANDS OF TIME ». For this (beautiful) exhibition, we collaborate with the Museum of Natural History – MUNHAC.


Ana, Tiago, je vous remercie pour le plaisir procuré d’avoir échangé ensemble de la contemporanéité de l’azulejo, car à mes yeux, il était une culture ancienne, malgré mes petits achats contemporains. Le Dialogue reste déterminant. 

Ana, Tiago, thank you for the pleasure of having exchanged together the contemporaneity of the azulejo, because in my eyes, it was an old culture, despite my small contemporary purchases. Dialogue remains crucial.

Rua Academia das Ciências

Rue résidentielle que j’adore, car elle associe calme, silence, verdure et volupté. Les Galeries Ratton et de Portalegre se situent dans les anciennes écuries du Marquis de Pombal, à qui l’on doit la reconstruction de la ville basse (Baixa),  telle que nous la connaissons aujourd’hui. Donc, après le tremblement de terre (1755), pour se protéger des incendies, le Marquis privilégia l’azulejo qui connut un grand essor.

#adelinealisbonne_app #Top50

Residential street that I love because it combines calm, silence, greenery and sensuousness. The Ratton and Portalegre Galleries are located in the old stables of the Marquis de Pombal, to which we owe the reconstruction of the lower city (Baixa), as we know it today. So after the earthquake (1755), to protect himself from the fires, the Marquis favored the azulejo which knew a big rise.

De Roubaix à Portalegre,
les tapisseries de Portalegre

Vera Fino | Manufacture de Portalegre

C’est l’histoire d’une usine de tapis au point noué de Portalegre qui périclite, et d’industriels du textile, qui associent compétences et finances autour d’une nouvelle technique de tissage dans l’objectif de réaliser des tapisseries murales. Innovation technique élaborée auparavant par Manuel Carmo Peixeiro à l’école de textile de Roubaix.
En 1948, son fils, Manuel Celestino Peixeiro et Guy Fino présentent les premières tapisseries, ainsi la Manufacture des Tapisseries de Portalegre succède à l’usine de tapis.
Les débuts sont difficiles, car depuis plusieurs siècles, les références sont françaises et flamandes, également au Portugal, grand importateur de tapisseries commémorant les découvertes maritimes et conquêtes à travers le monde. En 1952, lors de l’exposition à Lisbonne  « La Tapisserie Française du Moyen-Age à nos jours », la qualité de la manufacture de Portalegre est reconnue par les lissiers français. Il faut encore intéresser Jean Lurçat, le modernisateur de la tapisserie française. Après un premier contact à cette exposition, Guy Fino arrive à le convaincre de visiter la Manufacture où il est confronté à deux tapisseries : celle tissée en France, offerte à l’épouse de Guy Fino par Jean Lurçat lui-même quelques années auparavant, et sa « copie » tissée à Portalegre.

« Face aux deux tapisseries,
Jean Lurçat préfère Le Coq Guerrier tissé à Portalegre« 
Manufacture de Portalegre | Vidéo

It is the story of a stitched carpet factory in Portalegre, and textile manufacturers, who combine skills and finances around a new weaving technique with the aim of making wall tapestries. Technical innovation previously developed by Manuel Carmo Peixeiro at the textile school of Roubaix.
 In 1948, his son, Manuel Celestino Peixeiro and Guy Fino presented the first tapestries, and the Manufacture des Tapisseries Portalegre succeeds the carpet factory.
The beginnings are difficult, since for several centuries, the references are French and Flemish, also in Portugal, a major importer of tapestries commemorating the maritime discoveries and conquests around the world. In 1952, during the exhibition in Lisbon « The French Tapestry from the Middle Ages to today », the quality of the Portalegre factory is recognized by French weavers. We must still interest Jean Lurçat, the modernizer of French tapestry. After a first contact at this exhibition, Guy Fino manages to convince him to visit the Manufacture where he is confronted with two tapestries:
the one woven in France, offered to Guy Fino’s wife by Jean Lurçat himself a few years ago, and his « copy » woven in Portalegre.

Innovation technique, le point de nœud de Portalegre
Des différences techniques qui font dire à Jean Lurçat, « les meilleures tisseuses au monde sont à Portalegre. ». De 1958 et jusqu’à sa mort, beaucoup de ses tapisseries seront tissés à Portalegre.

Technical innovation, the portalegre node Technical differences that make Jean Lurçat say, « the best weavers in the world are in Portalegre. » From 1958 until his death, many of his tapestries will be woven in Portalegre.

Métier de haute lisse | Portalegre

Les tapisseries de Portalegre sont réalisées manuellement sur des métiers de haute lisse (le tissage y est fait à la verticale comme elles seront exposées). Les tisserandes travaillent sur un canevas présenté à l’envers (plan de travail quadrillé face aux yeux). La trame décorative s’enroule sur la chaîne en la recouvrant dès le premier passage ; à chaque point, deux fils de chaîne sont ainsi enroulés par la trame. Le tissage progresse de bas en haut et horizontalement. Entre chaque trame décorative (couleur), une fine trame de liaison est passée par croisement simple avec la chaîne. Cette trame de liaison est cachée par l’épaisseur de la trame décorative en éliminant la couture française. Les tapisseries de Portalegre acquièrent ainsi une exceptionnelle densité et fermeté de texture.
De 2 500 à 10 000 points au décimètre carré. Six mois pour une complète réalisation. « La tapisserie est une grande école de la vie, elle demande patience à son propriétaire. » Pedro Jaime Vasconcelos.

In French technique, weaving is done flat. Each color is woven individually, which involves sewing to avoid spaces between two colors. The Portalegre tapestries are hand-made on high-looming crafts (the weaving is done vertically as they will be exposed). The weavers work on a canvas presented upside down (squared work plan facing the eyes). The decorative frame wraps around the chain covering it from the first pass; at each point, two warp threads are thus wound by the weft. Weaving progresses from the bottom up and horizontally. Between each decorative frame (color), a fine linkage is passed by simple crossing with the chain. This linkage is hidden by the thickness of the decorative frame by eliminating the French seam. The tapestries of Portalegre thus acquire an exceptional density and firmness of texture.
From 2,500 to 10,000 points per square decimetre. Six months for a complete realization. « The tapestry is a great school of life, it asks patience to its owner. » Pedro Jaime Vasconcelos.

8ème merveille du monde
Les tapisseries de Portalegre sont toujours exécutées à partir d’une oeuvre originale. Elle est agrandie jusqu’à la dimension voulue sur un papier quadrillé, dont chaque carré représente un point de tissage, permettant un luxe de détails impressionnants.
La trame décorative, se compose de 8 fils de laine, ce qui permet de les mélanger parmi les 7000 couleurs, créant des effets chromatiques très riches et une gamme de couleurs virtuellement infinie. La technique de Portalegre permet une haute définition dans de petits détails et l’obtention de formes très précises.

8th wonder of the world The tapestries of Portalegre are always executed from an original work. It is enlarged to the desired size on a grid paper, each square of which represents a weaving point, allowing a luxury of impressive details.
The decorative frame consists of 8 threads of wool, which allows you to mix them among the 7000 colors, creating very rich color effects and a virtually infinite range of colors. The Portalegre technique allows high definition in small details and obtaining very precise shapes.

Marché de l’art des tapisseries de Portalegre
Les tapisseries de Portalegre sont des séries limitées de 1, 4 à 8 exemplaires. Elles sont identifiées par un « bolduc » qui porte le titre de l’œuvre, ses dimensions, le numéro de série et la signature du peintre.
Le marché des tapisseries de Portalegre identifie 3 200 pièces et 200 auteurs, architectes, peintres, dessinateurs de renom international.
Après la révolution du 25 avril 1974, l’état portugais cesse ses commandes. L’international porte la manufacture. En 1987, la manufacture se dote d’une galerie au cœur de la capitale, de Bairro Alto. La crise de 2010 est un coup dur, la manufacture résiste, et comme à ses premiers jours, un homme ajoute ses compétences sur ce marché du patrimoine vivant portugais. Un marché qui repart à la hausse : « L’année dernière, j’achetais tout ce que j’aimais, aujourd’hui je me trouve souvent face à des collectionneurs privés, le marché se réveille. La mode revient. »

Portalegre tapestry art market The tapestries of Portalegre are limited series of 1, 4 to 8 copies. They are identified by a « bolduc » which bears the title of the work, its dimensions, the serial number and the signature of the painter.
The tapestry market of Portalegre identifies 3,200 pieces and 200 internationally renowned authors, architects, painters and draughtsmen.
After the revolution of April 25, 1974, the Portuguese state stops its orders. The international carries the manufacture. In 1987, the factory acquired a gallery in the heart of the capital, Bairro Alto. The crisis of 2010 is a blow, the factory resists, and as in his early days, a man adds his skills on this market of Portuguese living heritage. A market that is rising again: « Last year, I bought everything I liked, today I often face private collectors, the market is waking up.

Pedro Jaime Vasconcelos | Marchand d’art

Collectionneur, marchand d’art, courtier, commissaire, Pedro
En 1990, Pedro, collectionneur et marchand d’art africain vend sa collection puis goûte les plaisirs du tapis Persan. Il interrompt sa démarche, faute d’un second marché clairement défini. En avril 2018, il se tourne avec émerveillement vers les tapisseries de Portalegre.

Collector, art dealer, broker, commissioner, Pedro In 1990, Pedro, collector and African art dealer, sells his collection and tastes the pleasures of the Persian carpet. He interrupts his approach, for lack of a clearly defined second market. In April 2018, he turns with wonder at the tapestries of Portalegre.

Le bolduc, signature des tapisseries de Portalegre

Homme providentiel, le trio magique de Portalegre
Au Portugal, les compétences se lient très (très) souvent autour d’un objectif commun ; c’est « l’esprit portugais », prendre plaisir à travailler ensemble. L’engagement est total, chacun respecte le travail de l’autre, le but est de dépasser les objectifs, « l’union fait la force ».
J’ai fait la connaissance de Pedro en 2018 chez Inês Carrelhas. Restauratrice en tapisserie, elle avait trouvé ingénieux notre rencontre à son atelier, Pedro m’avait dit : « Pour bien acheter, il faut être un connaisseur de la restauration, ce à quoi j’essaie d’être ! Comme un heureux hasard, tout prend forme, sa galerie, son huit clos pour accueillir ses clients, ses expositions « Wineart » en partenariat avec La Pétillante, et jusqu’au 28 décembre, la sublime exposition autour de l’artiste portugais, Cruzeiros Seixas, peintre suréaliste de renom qui arrosera ses 99 bougies ce mois de décembre, justement à la galerie des Tapisseries de Portalègre.
Les deux expositions suivantes sont déjà dans les tuyaux !

A providential man, the magical trio of Portalegre In Portugal, skills are linked very (very) often around a common goal; it’s « Portuguese spirit », enjoy working together. The commitment is total, everyone respects the work of the other, the goal is to exceed the objectives, « unity is strength ».
I met Pedro in 2018 at Inês Carrelhas. Restorer in tapestry, she had found our meeting ingeniously in her workshop, Pedro had told me: « To buy well, you must be a connoisseur of the restoration, what I try to be! As a happy coincidence, everything takes shape, its gallery, its eight closed to welcome its customers, its exhibitions « Wineart » in partnership with La Pétillante, and until December 28, the sublime exhibition around the Portuguese artist, Cruzeiros Seixas, renowned painter of surealiste who will water his 99 candles this month of December, precisely at the tapestries Gallery Portalègre.
The following two exhibitions are already in the pipes!

Art textile, art architectural
« Le paradigme de l’architecture a changé, les espaces se sont réduits, les fenêtres se sont agrandies, les architectes et les décorateurs, pensent moins naturellement aux tapisseries de Portalegre, à nous de leurs rappeler leurs qualités esthétiques, acoustiques et thermiques, l’expression artistique des deux faces. Ces tapisseries captent la lumière sans briller, elles rompent l’écho, la technique d’accrochage sur bande velcro est salvatrice… » Pedro
En 2010, l’architecte Siza Vieira associait au building « New Orleans Tower »  à Rotterdam, « Jazz » d’après son oeuvre originale…

Textile art, architectural art « The paradigm of architecture has changed, spaces have shrunk, windows have grown, architects and decorators, think less naturally Portalegre tapestries, we remind them of their aesthetic qualities, acoustic and thermal, the artistic expression of both faces.These tapestries capture the light without shining, they break the echo, the technique of hooking on velcro tape is saving … « Pedro
In 2010, the architect Siza Vieira associated with the building « New Orleans Tower » in Rotterdam, « Jazz » after his original work …

Expérience WineArt | La Pétillante
Rencontre interculturelle entre un artiste, son oeuvre, créée par Pedro Vasconcelos en partenariat avec les Tapeçarias de Portalegre, et un vin sélectionné par la cave à vins français, La Pétillante Mil sabores e Vinhos située à Campo de Ourique. Rencontre humaine, fraternelle entre passionné(e)s d’art, de vignobles, de vins, du meilleur qu’invite à découvrir le Portugal et la France (à Lisbonne). Top expérience biannuelle. 

WineArt Experience | La Pétillante Intercultural encounter between an artist, his work, created by Pedro Vasconcelos in partnership with the Tapeçarias of Portalegre, and a wine selected by the French wine cellar, La Pétillante Mil sabores and Vinhos located in Campo de Ourique. Human encounter, fraternal passionate (e) s of art, vineyards, wines, the best that invites to discover Portugal and France (in Lisbon). Top biannual experience.

Feliz aniversario Mestre

Retrouvez toutes mes adresses préférées grâce à mon approche bénévole et au téléchargement gratuit de l’application Adeline A Lisbonne.