Adeline A Caen

Depuis le mois de janvier 2021, je partage ma vie entre Lisbonne et Caen. Un regard sur l’évolution des marchés, l’intelligence collective… page Facebook

CAEN – Rue Froide (04.02.21)
CAEN – Mondeville : L’horloge penchée (11.02.21)
CAEN – Rue Demolombe : Rue de la seconde main (18.02.21)
CAEN – Entre université et château : Corep (26.02.21)
BAVENT – Fantastiques céramiques + Village d’artisans : La Poterie de Bavent (05.03.21)
CAEN – Place Ancienne Boucherie (10.03.21)
CAEN – Place Fontette – Artothèque (17.03.21)
CAEN – Lysland, puissance 4 (01.04.21)

Almada, face à Lisbonne

Google Traduction | www.adelinealisbonne.com

Des situations de rêve existe à Lisbonne, Almada en fait partie, quoique sa réhabilitation urbaine a tardé face à celle de la capitale.
Justement, lorsque Stijn Coppieters et Frédérico Moncada m’ont contactés au bon souvenir de notre rencontre en janvier 2017, je m’enthousiasmai à poursuivre notre échange.

Retour en arrière, tout juste tombée de l’avion, j’échange avec deux architectes dans un bar de Santa Catarina. Ils me parlent d’un beau projet de réhabilitation à Cacilhas (Almada).
Aujourd’hui, le chantier est bel et bien fini, et de multiples raisons m’ont dictées d’y consacrer cet Entre Nous :
– La carte ci-dessus m’a autant amusée qu’enthousiasmée ;
– Se souvenir de mon approche après quatre années, c’est montrer d’une sensibilité « Espirito de Portugal » ;
– Almada, face à Lisbonne, un endroit paradisiaque ;
– Quartier créatif par excellence (grâce aux loyers locatifs plus abordables que ceux de la capitale) ;

Réhabilitation réalisée dans les règles de l’art, CO-MO Arquitectura

– Les locataires âgés (ou handicapés) ont été relogés | Droits et devoirs du locataire au Portugal
En effet, la législation portugaise protègent les locataires âgés et handicapés : « Les personnes qui vivent dans la même propriété depuis plus de 15 ans, qui ont 65 ans ou plus et/ou ont un degré d’invalidité prouvé égal ou supérieur à 60% ne peuvent pas voir leur contrat de location résilié ou non renouvelé par partie du propriétaire. Les seules exceptions concernent les cas où une indemnité a été versée au locataire ou la résiliation du contrat est fondée sur une décision de justice définitive et sans appel.« 
En cela, investir dans un bien immobilier à réhabiliter au Portugal, oblige à remplir ces conditions.

– Les surfaces habitables et les parties communes ont été optimisées en fonction des besoins et du budget des acquéreurs.

– L’ancien a été conservé et superbement restauré.

Top B&B avec piscine, Casa René 1892

Les propriétaires, Ylvi et Koen, ont eu la gentillesse de m’ouvrir leurs portes. L’histoire est aussi belle que rocambolesque (comme souvent au Portugal) ! Elle commence par une visite en 2010, mais le propriétaire meurt et la vente en indivision repousse la promesse de vente en 2013. Un premier architecte est consulté lorsque  « l’improbable rencontre » avec Stijn a lieu (qui venait de rencontrer Frédérico). Le projet des deux compères est retenu avant l’achat définitif en 2015, et l’achèvement des travaux en 2019 ; lorsque surgit le covid-19 !
Résultat des travaux, c’est fantastique d’élégance et de sobriété, entre patio, terrasses, balcons, arbres fruitiers et piscine !
Parlant de cet Entre Nous avec Miguel Matos (interview suivant) : « Je n’en croyais pas mes yeux lorsqu’un de mes amis, voisin de la Casa René, m’a montré les photos. Je me souviens m’être interrogé sur la possible arrivée la piscine !« .

Mieux que des mots, les prestations, les photos
4 appartements indépendants (2ch/2sdb) et un studio
Basse saison : 4 personnes / 160 €
Haute saison : 4 personnes / 240 € 
Sachant que la Casa René est située à 10mn à pied du ferry, au calme, à 25 m de la rue animée d’Almada. FONCEZ ! Almada est le rendez-vous portugais par excellence.

A proximité, vous pourrez également rencontrer, sur rendez-vous, Ana et Miguel.

Journaliste, NEZ, gagnant Art & Olfaction Award 2020*, Miguel Matos Perfumes

* Concours ayant lieu à Los Angeles, la référence mondiale ! Chaque année, un titre congratule un artisan créateur et un second, un indépendant. Le parfum de Miguel Matos a gagné le second Award 2020 pour la maison Charbonnel.

Lorsque Ana Brito (interview suivant) m’a parlé de son voisin Parfumeur, je fus pour le moins interpellée (ayant pour référence Guerlain, Hermès…). Mais voilà Lisbonne est créative, regorge de talents dont le parfumeur Miguel Matos.
Un de ces parfums a bien-sûr rejoint ma collection, et franchement je ne l’aurais jamais cru possible. Ce « petit » pays m’étonne toujours plus !

Depuis ses 18 ans, Miguel Matos est devenu un journalisme de renom dans les milieux de la mode, de l’art et du parfum.
En 2002, il fait partie de l’équipe fondatrice de Vogue Portugal.
En 2012, son « obsession » pour le Parfum lui donne rendez-vous à Grasse afin de participer à des ateliers de parfumerie chez Galimard, Molinard et Fragonard. Il souhaite approfondir le sujet, connaître le dessous du décor, les ingrédients, les proportions…
Par passion, il monte son « laboratoire » et fait ses propres expériences jusqu’à sa rencontre déterminante avec Christian Carbonnel (It) / Fragrantica (Esp). La critique est positive : « Vos idées sont bonnes, mais vos ingrédients sont terribles » !!
En fait, « Ces 1ères années d’expérience à essayer d’équilibrer des harmonies impossibles, ont fort certainement contribué aujourd’hui, à mon élaboration « rapide » de parfums. La qualité des ingrédients est en effet déterminante ! ».

En 2020, la vie de Miguel est consacrée fifty fifty entre journalisme et création (et rencontres sympathiques). En deux années, Miguel aura édité 50 parfums (OUIII) dont 13 à son nom propre, Miguel Matos Perfumes, marque qu’il souhaite garder confidentielle. « Les achats se font ligne ou sur rendez-vous à Almada,  car je souhaite connaître chaque acquéreur : « Le marketing ne doit pas dépasser la créativité ».
Sacrée personnalité ce nez portugais, aussi créatif, délicat, précis que sympathique et disponible.
Unique, spécial, Espirito de Portugal, devenu en 2020 le directeur créatif Carbonnel !
*En 2021, Miguel Matos se présentera en tant qu’artisan créateur. M…. !

TOP artisanal fashion designer, Ana Brito Design

Rencontrée dans sa boutique puis, retrouvée sur un marché artisanal, je porte très régulièrement ses créations, sa veste croisée comme un long sweat-shirt aussi chaud, doux, fleuri que confortable (photos ci-dessus). D’ailleurs, ma commande est passée pour avoir son équivalent à Caen ! Bien-sûr, il sera différent, car nous parlons ici de pièces uniques. Je fais confiance à Ana, car son goût est le mien, et c’est elle la designer. Voici le résultat :

Quant à ses nouveaux tee-shirts « organic » aux teintes naturelles d’avocat, d’oignons et autres, nés avant le covid-19, leur coupe est tout simplement divine, vivement les beaux jours !
Cette rencontre au sein de son atelier nous a permis de mieux nous connaître, revenir sur ses 3 années de formation chez Modatex (Benfica) et ses premières réalisations achetées par ses amies. Sa première expérience a été chez José Antônio Tenente (2005) puis chez Lanidor (2006), Dino Alves (2008) et Lidja Kolovrat (2009) avant de gagner son indépendance, rejoindre épisodiquement les marchés et d’ouvrir sa boutique à Cais do Sodré (2011) où j’ai fait sa connaissance en 2017.
Ana fut une des nombreuses victimes lisboètes, face aux loyers qui augmentent sous pression de vente et de réhabilitation d’immeuble ; mais qui en fait pour le sien ne se fera pas : Autant de revirement du propriétaire, mais on ne la fait pas à Ana ! Elle accouche et poursuit sa route à Almada.

Ana Brito n’est pas la reine du marketing et des vêtements parfaitement repassés, mais ces créations élaborées de ses propres mains, respirent les textures de qualité et les coupes réfléchies, structurées, singulières…
Vous aimez les pièces uniques, foncez à Almada. Vous pouvez aussi trouver ses créations online.

#download #freeapp #adelinealisbonne_app

Notre peau, signe extérieur de bien être

Google / Choose your language / www.adelinealisbonne.com

Nettoyons notre peau, LumiSpa

Déjà deux mois que je repousse les compliments dédiés à LumiSpa, mais donc autant de jours supplémentaires pour garantir à ce petit appareil, sa réelle action bénéfique sur ma peau.

Toutes les 30 sec, l’appareil s’arrête et repart !

J’ai découvert LumiSpa grâce à une démonstration gratuite proposée par Emmanuelle Saillet (dont vous bénéficierez aussi). Je me souviens être subjuguée par la qualité de sa peau, mais l’investissement des 261€, au Portugal, me rechignait ! Nous étions en février 2020, le temps d’investissement immobilier, de déménagement, mais dans un coin de ma tête, je savais que c’était l’appareil qui viendrait à bout des irrégularités de ma peau, qui m’éviterait les rendez-vous « soins du visage », et d’autant moins d’utilisation de Demak Up donc aussi, une bonne action pour l’environnement.
LumiSpa fonctionne sur batterie, se recharge à l’électricité tous les 7 jours voire trois semaines selon notre degré d’utilisation. Bref, aujourd’hui, ce petit appareil me suit comme mon ombre !

S’il est conseillé de l’utiliser matin et soir, je vous rassure le temps me manque à suivre ce rythme, mais son action reste tout aussi profitable. Les 2 mn à y consacrer sont également un moment de détente fort agréable. Par ailleurs, agir pour son bien-être, c’est le minimum que nous nous devons, « nous le valons bien » !

LumiSpa by Nu Skin

« Nu Skin Enterprises est une compagnie américaine de marketing multi-niveau, aussi appelé « marketing en réseau », spécialisée dans la vente de produits de soins et de compléments alimentaires. ». Emmanuelle Saillet appartient à ce réseau.
« Si vous recherchez un appareil de soin visage permettant un nettoyage doux et en profondeur, ne cherchez pas plus loin. C’est exactement ce que vous offre ageLOC LumiSpa, l’appareil de soin visage waterproof et rechargeable de Nu Skin. De plus, il est incroyablement facile d’utilisation et d’entretien.
Votre kit nettoyant visage comprend :
• Appareil ageLOC LumiSpa
• ageLOC LumiSpa Silicone Head – normal
• ageLOC LumiSpa Activating Cleanser – peaux normales à mixtes

Ce nettoyant visage se compose d’un mélange d’algues et d’extraits de plantes, pour un teint clair et frais, sans oublier nos ingrédients ageLOC emblématiques pour cibler les signes visibles du vieillissement de la peau à la source.
La tête en silicone et le nettoyant visage agissent en synergie avec les mouvements double-action uniques de l’appareil. Mais ce n’est pas la seule chose qui le rend si efficace. Il offre un massage doux et agréable pour faire pénétrer ces ingrédients dans la peau. Utilisez-le pendant seulement deux minutes, deux fois par jour, et transformez chaque routine beauté en une expérience digne des plus grands spas, pour obtenir des résultats visibles et cliniquement prouvés que vous allez adorer. ».

Amicalement, Emmanuelle nous offre une remise de 10% sur l’achat de ce kit. Madame, Monsieur, si votre portefeuille le permet, foncez !

Esthétique et soins, Adelaïde Masso

Dans un premier temps, je vous raconte ma rencontre avec Adelaïde Masso, car nous devons prêter ATTENTION au docteur à qui nous confions la responsabilité de soins esthétiques.

J’ai rencontré Adelaïde dans l’avion et notre enthousiasme commun nous ont fait échanger nos coordonnées. En Normandie, mon super dentiste caennais à la retraite, à ma demande, une amie me conseille le sien. D’une visite que je croyais de courtoisie, le devis affiche 1000€ (infection implants à traiter), le rendez-vous est pris (été 2018) !
Je retourne à Lisbonne lorsque patatras inflammation de la gencive prononcée ! SOS j’appelle Adelaïde qui me diagnostic une infection d’une molaire proche des implants : excellente surprise (traitement : 80 €) ! J’y retourne 8 jours plus tard, retraitement (léger), et lui explique le devis de mon futur/ex dentiste : elle sourit…

Autre bonne nouvelle, j’apprends qu’Adélaïde réalise les injections Acide Hyaluronique / Botox. A cause d’une erreur de jeunesse, une brûlure des pommettes et des yeux à la montagne (10 ans), il m’a fallu traiter régulièrement une couperose chronique.
Le bon côté des choses, j’ai fini par être obligée de préserver mes yeux et ma peau du moindre soleil, et aussi d’avoir été sensibilisée aux bienfaits de soins esthétiques réguliers, réalisés avec parcimonie.
J’ai donc aussi testé les injections réalisées par Adélaïde.
Notamment à la rentrée 2019, les injections avec notre propre plasma. Je suis si ravie que je conserve une fois par an les injections de Botox sur la partie haute du visage, entre le front et les contours des yeux. Puis à 4 mois, tous les mois pendant 3 mois, une séance de biostimulation par injection de mon propre plasma sous forme d’une sorte de « mésothérapie ».
Bref, aucune douleur, aucune trace le lendemain, et si peu le jour même que les femmes discrètes expliquent à leur mari une allergie à une nouvelle crème !
Quoique vous entendiez dire, l’essayer c’est l’adopter, mais personnellement mes rendez-vous sont réfléchis, car je souhaite restée NATURELLE, et seulement bien vieillir.

Elle teste aussi pour nous les meilleurs compléments alimentaires afin de compenser la perte d’élasticité de notre peau au fil des années. En rupture de stock, je viens d’acheter la nouvelle formule au curcuma :

Adelaide parle aujourd’hui couramment le français (ou presque) ; elle travaille le lundi à Lisbonne, et possède sa propre clinique à Alcochette, Clinica Dentaria Sao Francisco.

Que faut-il privilégier ? Personnellement, la vie est un ensemble de petites choses qui nous font du bien, je vous conseille, vous disposez.

Toutes ces adresses, comme « mon » TOP coiffeur Aurélio Ramos Hairdressers , font partie du collectif Espirito de Portugal BY Adeline a Lisbonne.

Téléchargez gratuitement l’application Adeline a Lisbonne
(english/français/portugais)

Adeline en Terrasse, immobilier et rentrée 2020

Espiritode Portugal BY Adeline A Lisbonne

In your language / Na sua língua

Nous y sommes ! Petit retour en arrière,  mai 2020, le déconfinement, c’était la nouveauté des rencontres en terrasse (Adeline en Terrasse n°1 – 01/07/20). Autant d’occasion de présentation, de partage, de parler d’immobilier… d’échanger sur l’avenir d’Adeline A Lisbonne.

L’immobilier à Lisbonne, Clara Ribeiro… les « Adeline en Terrasse« 

Différentes contrariétés françaises m’ont menées à diversifier mes investissements à Lisbonne. En 2017, grâce à Erwan, ami de mon frère, professionnel de l’investissement immobilier entre Estoril et l’Andalousie, j’achetais un charmant petit duplex entre Anjos et Campo Mártires da Pátria.
En 2020, je suis sur un petit nuage entre « ma petite maison dans la praire » cédée à une autre femme de cheval, entraineur de chevaux de course, Stéphanie Nigge, ma future habitation à Caen, et mon « bucolique » appartement terrasse, rua Artur Lamas, l’idéal « à la française » afin de partager en toute discrétion. Cette fois-ci, c’est l’agent immobilier Clara Ribeiro, qui m’a aidé à remporter le gros lot !

Luisa et Clara

En 2018, lors d’une exposition collective dédiée aux femmes organisée au superbe Palacio Baldaya (Benfica), ce fut l’occasion de faire sa connaissance. En parallèle à ses quinze années d’agent immobilier à Lisbonne, elle est aussi une artiste sculpteur sur marbre. Lors de la livraison de mon coup de cœur, elle m’avait glissé sa carte de visite RE/MAX.
Dynamique, courageuse, ponctuelle aux rendez-vous, parlant couramment le français… Clara a répondu à toutes mes (nombreuses) demandes. Pour toutes ces raisons, je ne peux que vous encourager à la consulter.

Cependant, je ne remercierai jamais assez Erwan de m’avoir accompagnée lors de ma première expérience. Investir au Portugal, bien-sûr car les portugais sont incroyables (les épisode(s) du covid-19 l’ont rappelé au monde entier), mais ATTENTION, le business, c’est le business, les professionnels de l’immobilier portugais ne sont pas non plus des enfants de cœur notamment avec nos culture et législation différentes :
– la notion de « mur porteur » est à bien considérer selon le type de construction au Portugal ;
– les travaux communs gérés par le condominium, notamment extérieurs, non prévus lors de la dernière assemblée, doivent faire rebrousser chemin sinon la galère commence ;
– les qualités d’isolation phonique et thermique sont à demander ;
– le double vitrage portugais n’a souvent rien à voir avec notre référence française…
Un accompagnement « trié sur le volet », dont un avocat, me semble indispensable.

Analora, Florence et Jacky

Calçada Cem Art, Analora by Anne-Laure Pilet et Le Faubourg Atelier

Trois français qui me sont chers, l’occasion d’un nouvel « Adeline en Terrasse ». Enthousiastes, cools, sociables, je trouvais intéressant de les présenter.
Vous connaissez l’histoire de Calçada Cem Art (Entre Nous 15/11/19). Ce dont j’aimerai vous parler aujourd’hui c’est que chaque simple mais délicate intention peut changer le cours des choses. 

Grâce au geste de Florence, et à la suite de ce post, 200 téléchargements/24h de l’application Adeline A Lisbonne ont suivis (2000/an). J’ai rencontré Luisa, l’expérience Michelin… une amie aujourd’hui.
Ainsi, le collectif Espirito de Portugal et la nouvelle configuration de l’application Adeline A Lisbonne sont progressivement devenus réalité.
A l’ère des réseaux, l’intelligence collective devient une priorité.

Le bénévolat allège l’administration !

Intelligence collective
Espirito de Portugal est un réseau de commerces indépendants, TOP QUALITÉ, sélectionné, DIVERSIFIÉ*, qui vont faire leur propre promotion par l’intermédiaire de l’application gratuite Adeline A Lisbonne. Si j’y pensais depuis longtemps, il fallait trouver la bonne synergie : Mesdames merciii !
* interaction de multiples marchés

Action banale ? Pas vraiment. Ce fut à mon avis le manquement de toutes les villes qui ont vu leur prix de l’immobilier s’envoler grâce à leur TOP dynamique entrepreneuriale indépendante (et sociale), mais qui n’a pas su faire face à sa conséquence, l’assaut des grandes marques internationales (aux productions délocalisées ou/et aux budgets marketing exponentiels)…

Paradoxalement, l’indépendant doit apprendre à avancer uni, notamment avec l’aide de la géolocalisation qu’offre une application, associée aux multiples possibilités de déplacement d’aujourd’hui, l’adresse devient une notion de moindre importance face à la promotion de savoir faire et à la fiabilité des adresses.
Donc, félicitations à ces commerçants lucides qui remplacent ainsi les milliers d’euros dédiés à la communication individuelle (indisponible, et d’autant plus en période de Covid) par la promotion d’un réseau d’entreprises, authentiques, convoitées par les consommateurs.

Vivement mon retour à Lisbonne, le 16 septembre via Barcelone, la remise des stickers et flyers (A6) via de nouveaux « Adeline en Terrasse » (par groupe de 10, covid oblige). Rendez-vous de chefs d’entreprise, du commerce indépendant qui laisse peu de temps à la découverte d’une ville qui bouge, qui tremble… L’union, c’est la force !

>>> 7 événements Facebook du 18 septembre au 25 septembre

Analora et Florence @calçada_cem_art

Analora by Anne-Laure Pilet (vente en ligne)

J’ai remarqué le travail d’Analora par son intérêt porté à mon Instagram. Nous nous sommes rencontrées chez Lucien Blondel dont elle apprécie la dynamique, l’intelligence collective, accompagnée de son redoutable webmaster Joao de Vasconcelos (celui qui résout nos problèmes avant de répondre à nos besoins notamment, conception et création de site web de vente en ligne) ; « d’une pierre trois coups » !
Anne-Laure a parcouru le monde et travaillé dans l’univers de la communication, du marketing et de la publicité pour Publicis, Havas, DDB… Plus particulièrement autour de mono budget de marques telles Lancôme, Lacoste… Bénéficiant de l’expérience de tous les métiers professionnels accompagnant la création, l’image d’une marque, elle a rejoint Lisbonne en 2019 (après six années passées en Chine), souhaitant y promouvoir des artistes qui prônent la simplicité, l’excellence, la douceur, la poésie, le raffinement…
Toutes les pièces présentées sont des créations uniques, faites a la main : céramiques, décoration, textile, bijoux….

Les 8, 9 et 10  octobre  2020, Analora organisera une exposition collective autour du thème du JARDIN. Cinq artistes : Le Cabinet de Porcelaine, Elsa Rebelo, Iva Viana, Fatima Lopo de Carvalho, Weronika Anna Rosa.
Praça do Principe Real, 18

Jacky Cavallari, le Faubourg Atelier (vente en ligne) et le  Coletivo MAD 126

J’ai rencontré Jacky et ses pièces marquetées sur un marché artisanal. Belles et délicates, vous craquez ! Les rencontres se succèdent et vous apprenez, enfin, ses cinq années passées à l’École Boulle, sa préférence à la marqueterie. Le Professionnalisme s’explique toujours !
Expatrié 12 années au Brésil, et depuis 2018 à Lisbonne, Jacky, par similitude et normalisation visuelle, propose une relecture par placage, une réévaluation de l’utilisation du bois en tant que revêtement. Il y associe d’autres matériaux d’une grande richesse graphique tels la paille, le laiton et la loupe, donc à la marqueterie, mais aussi à la gravure et à d’autres traitements de surface.
La rentrée de Jacky sera collective grâce à la création du collectif MAD 126 (rua da Madalena 126). Coletivo MAD 126, point de rencontre de créateurs de différentes nationalités (Portugal, Brésil, Cap Vert et France) et techniques (illustration, broderie, céramique, marqueterie) qui malgré le tout virtuel prôné pour cause de pandémie, continue de croire et de parier sur les rencontres, et le contact avec l’œuvre en direct.
En cours d’année, des lancements de nouveaux créateurs seront organisés (quand la pandémie le permettra) : « Il faut être un peu fou (MAD) pour se lancer dans ce type de projet en ce moment ! »

En partenariat avec la Galeria Bem Escasso (Campo Grande 82C – inauguration prévue en septembre), ce sera l’occasion d’exposer une ligne de bijoux marquetés.
Projet 2020/2021 : une exposition des métiers d’arts dédiée au bois (ébénisterie, marqueterie, sculpture, tournage…). Nous sommes au niveau de la consultation afin de savoir comment ? avec qui ? et où elle sera organisée ?

Conséquences du covid-19

Quantité de boutiques seront vides en cette rentrée 2020… ainsi les loyers baisseront à Lisbonne, et sonnera l’heure de la reprise, car la nature n’aime pas le vide. Un remake de 2010 pour les portugais. C’est triste mais les excès se régularisent ainsi.
« Espirito de Portugal » restera solidaire envers ses partenaires « sans adresse temporaire », geste aussi d’intelligence collective.

A très bientôt parmi vous.

Espirito de Portugal by Adeline A Lisbonne

>> www.adelinealisbonne.com / choose your language via Google

Adeline en France <> Adeline A Lisbonne

Souffler ses 60 bougies offre en retour une somme d’expériences.
Dans les années 90, commercial puis directrice de la presse gratuite « Le 77 »  (Seine et Marne), je vis au sein du commerce grand public et des entrepreneurs tels les 3615, marabout, concessionnaires auto, les top restaurants… et le plus grand Carrefour de France ; l’offre est large ! Rencontre, écoute, observation, lecture, analyse de marché(s) deviennent mon mode de vie. Diversité fantastique où le commerce de centre ville fustige déjà face au développement exponentiel des zones commerciales (parking gratuit).

A l’opposé, j’enchaîne par une expérience nationale pour un magazine Porsche où je choisis de m’établir en bord de mer, à Deauville surnommé « Le 21ème arrondissement de Paris« .

Fantastique expérience à travers la France…
avant celle des centres équestres !

Sur le fond (économique), mon expérience lisboète me rappelle sans cesse ces trois expériences, car Lisbonne d’aujourd’hui est simplement un grand Deauville des années 2000. Le commerce indépendant y lutte contre les enseignes internationales à la production délocalisée !
« Le Portugal a 30 ans de retard » ? Non, car sur la forme, le Portugal est riche d’une économie sociable remarquable ; malheureusement peut être sans le savoir, et de toute façon sans en faire sa promotion ; à l’image de la France qui l’a perdu ! En effet, été 2019, j’ai constaté la chute du commerce indépendant à Deauville qui depuis plusieurs années ne pouvaient plus faire face à la hausse des loyers, et au marketing féroce des mêmes marques internationales. Même les enseignes de luxe (qui ne peuvent pas dégrader leur image) finissent par déserter la place !

Le business est pensé en fonction des fastes de l’immobilier dont la principale conséquence est cette perte de l’économie sociale, indépendante.
Paradoxe, le public réclame l’expérience, l’authenticité, mais quoi de plus conformisme que les diktats de la mode, de la globalisation…

J’ai fuis ce mode de vie, car mon éducation m’a faite curieuse, enthousiaste, appréciant l’initiative, la création, la formation, faire des choix, les renouveler autant que nécessaire pour une vie épanouie.
J’ai adoré vivre à Deauville, mais aujourd’hui Lisbonne est ma fontaine de Jouvence que je pense devoir aider à préserver.
En effet, depuis le 7 janvier 2017, j’observe, j’écoute et j’applaudis Lisbonne… OUF le covid19 replace l’église au milieu du village ! Bien-sur, pour les portugais, c’est une double peine après la crise de 2010. Cependant, ils savent mieux que quiconque que la roue tourne aux plus lucides et entreprenants.

Été 2020, la France, articles du Figaro
Documents > Critique

Si la France a perdu son économie sociale, ce n’est pas encore le cas pour Lisbonne (et certainement encore moins pour le Portugal). Cependant, j’ai bien peur que sans l’aide de l’état portugais envers ce commerce indépendant, les loyers d’été en achèveront encore malheureusement plus d’un !
Par ailleurs, car l’économie capitaliste reste ce qu’elle est, l’économie sociale, indépendante, n’a pas d’autre choix que de s’unir pour s’inviter au rang médiatique des marques de luxe, et autres à la production délocalisée. Cela, pour mieux satisfaire les encore plus nombreux enthousiastes à la recherche d’authenticité, de fabrication locale, d’un savoir faire, d’un savoir être, d’excellence, d’un qualité prix… à la suite du traumatique covid-19. En effet, on grandit de ses traumas…

Ainsi est né Espirito de Portugal

Le 19 février 2020, dix entreprises ont partagé leurs expériences et idées dans l’objectif d’unir leurs forces (en s’appuyant sur l’approche bénévole et sélective de Adeline A Lisbonne ET de son application).
Rencontre à Chiado à la  Livraria Sa da Costa  avec :  
Alameda | Leonor Silva Jewellery  
Alameda | Torcer Ideias
Bairro Alto | Cork & Co                    
Bairro Alto| Trufa Collection           
Baixa | Seven Hills Gifts & Gourmet
Entrecampos |Artesaos de Lisboa Association  
Madragoa | Oficina impossivel
Rato | Ines Carrelhas
Sao Sebastiao | Cristina Siopa        

Unique, spécial et uni, le collectif Espirito de Portugal, la nouvelle configuration de la #freeapp Adeline A Lisbonne
Lancement : 20.07.2020
Objectif : D’un seul clic, découvrez l’authenticité des espaces artisanaux et d’exposition, ateliers, restaurants, commerces grâce à l’application « Adeline A Lisbonne ». Espirito de Portugal, c’est votre passeport pour vivre et faire vivre les valeurs portugaises entre les 7 collines de Lisbonne ; notre agenda, ses inaugurations, l’actualité lisboète (J-2)…

Déjà 69 entreprises ont rejoint Espirito de Portugal
Malgré son lancement en plein covid-19, les entreprises lisboètes soutiennent majoritairement le projet. Si l’approche Adeline A Lisbonne reste bénévole, un budget infime est demandé aux partenaires afin que la promotion de l’application se fasse sous la forme d’un engagement harmonieux et solidaire.
Le temps m’a manqué pour rencontrer toutes les adresses concernées. Je rentre le 16 septembre à Lisbonne. Suivrons trois Soirées en Terrasse afin de remettre sticker et flyers aux premiers partenaires, mais aussi afin qu’ils puissent se présenter et partager entre eux (trop peu se connaissaient le 19 février).
En octobre, je poursuivrai mes visites aux autres adresses concernées pour enfin me consacrer qu’à ce collectif uni.
Bien-sûr, ce sera un plaisir de découvrir chaque adresse qui voudra rejoindre le réseau « Espirito de Portugal ». Il faut juste accepter l’idée d’un possible refus (pour raisons de déjà vu, de mauvais qualité prix… tout simplement car je ne suis pas fan).

Avenida de Roma, le quartier le plus solidaire ?

En effet, un seul refus, l’exception qui confirme la règle. D’après de nombreux échanges et expériences depuis 2017, une explication est plausible. Avenida de Roma des années 90 était le Chiado de 2019. L’incendie de Chiado du 25 août 1988 et sa reconstruction d’après la politique de la ville et l’architecte portugais Álvaro Siza Vieira, on changé la donne !
A suivi, l’histoire des vases communicants, les commerçants de Roma ont pris plein face le développement du nouveau Lisbonne autour de Chiado…
Depuis 2018, ce quartier Alameda/Roma se relève progressivement de ses cendres grâce à cette dynamique solidaire, mais aussi grâce aux expulsés de Baixa-Chiado ! La vie est dynamique, la roue tourne, la solidarité surgit des traumatismes…

Alameda – Roma, Espirito de Portugal BY Adeline A Lisbonne
Le quartier Alameda – Roma représente aujourd’hui une superbe économie sociale, indépendante, dont voici mes références. Le mieux reste de consulter l’application gratuite Adeline A Lisbonne, sa nouvelle catégorie phare « Espirito de Portugal » :
> Tout afficher sur une carte
> Localisez-vous sur le quartier où chaque entreprise (ou musée), sélectionnée, est géolocalisée et critiquée.

1. Espirito de Portugal

1 – MOD Made Of Design
2 – Design for You
3 – Rita Salazar Store
4 – Skorpi Boutique
5 – Mercearia Criativa
6 – Torcer Ideas
7 – Artesaos de Lisboa
8 – Cartune Store
9 – Leonor Silva Jewellery
10 – Cristina Siopa
11 – Mito Creative
12 – Armazem das Malhas

2. Espirito de Portugal en devenir ?

Directions restant à rencontrer : certains lieux s’effaceront naturellement par manque d’intérêt au projet :
a – Las Imperial
b – C. Comercial Roma : Roma Kid |Posh | Microarte Galeria
c – Tevel
d – Todo o Nivel Decoraçoes | Pedra e Decoraçao
Dom Feijao | Real Pao de Lo
e – Lucca Pizzeria
f – Livraria Barata
g – Leitaria da Quinta do Paço
h – Desalinho | Mediterranea Decoraçoes
i – Intimo Tuyo |Stoc Casa Interiores
j – Pedemia | Charmers Lisbon
k – Galeria Beltrao Coelho
l – La Ferrovie de Paris
m – Luanda
n – Musubi

Le 20.07.20, la nouvelle configuration « Espirito de Portugal » sera effective. Configuration allégée et sélective aux valeurs portugaises : création, design, excellence, savoir faire, savoir être, qualité prix, innovation, sélection, originalité… et SOLIDARITÉ.

L’expérience française me glace le sang ! Le Portugal m’a toujours semblé plus raisonnable, et ces 68 premiers membres le prouvent encore.

Prochain Entre Nous en Terrasse,  le 1er septembre.

Adeline A Lisbonne


Adeline en Terrasse n°1

Adeline en Terrasse

Français / English

Fernando, Catarina et Otilia

Pour les personnes proactives, nous pourrions finalement conclure que cet épisode fut PRESQUE une aubaine !! Bien-sûr, les angoisses des premières semaines furent d’autant plus envahissantes que les engagements financiers et humains sont complexes et les mauvaises nouvelles en cascade.
En cela, ce premier déjeuner fut riche de complémentarité entre :
– Otilia Santos, le savoir-faire portugais CHIcoração – Woollen Heart of Portugal (2010) ;
– Catarina Pombo Nabais, philosophe et jeune entrepreneuse @Oficina Impossivel (2019) ;
– Fernando Ribeiro, producteur @MAAT (2008) et programmateur / commissaire d’expo @ALFA – Association Luso-Française d’Art (2019).

For proactive people, we could finally conclude that this episode was ALMOST a boon !! Of course, the anxieties of the first weeks were all the more pervasive as the financial and human commitments were complex and the bad news cascaded.
In this, this first lunch was rich in complementarity between:
– Otilia Santos, Portuguese know-how CHIcoração – Woollen Heart of Portugal (2010) ;

– Catarina Pombo Nabais, philosopher and young entrepreneur @Oficina Impossivel (2019) ;
– Fernando Ribeiro, producer @MAAT (2008) and programmer / exhibition curator @ALFA – Association Luso-Française d’Art (2019)
.

Espirito de Portugal, Chicoracoa | Vente en ligne

Je connaissais l’excellent qualité prix de la marque, la diversité, le design super CHIC de leurs vestes chaudes… et l’extrême gentillesse des collaboratrices des boutiques de Lisbonne.
Le déconfinement annoncé, je demande la date d’ouverture des boutiques (instagram) :  » Les boutiques resteront fermées jusqu’à l’ouverture des frontières, notre activité commerciale reposant majoritairement sur le tourisme ». On me propose un contact par courriel qui tombe aux oubliettes ! Quelques heures passent, Otilia, la directrice de la marque, revient vers moi. Un français impeccable, j’achète en ligne. Nous conversons au sujet de la commande de housses de coussin sur mesure. Intriguée par ce français sans accent*, je l’invite à rejoindre ce 1er rendez-vous en terrasse.

*Otilia a travaillé de nombreuses années au Printemps – Paris. A ces débuts, secrétaire, le sans accent était encouragé. Elle devient acheteuse grâce à la promotion interne… La France, terre d’accueil en 2020 ??
Le Portugal se souvient, il accueille, c’est Espirito de Portugal.
« Espirito de Portugal », unique, spécial et solidaire, collectif sur lequel l’application Adeline A Lisbonne va être reconfigurer le 1er septembre. Pourquoi ? Comment ? Explications dans ce blog le 15 juillet prochain.

Espirito de Portugal, Chicoracoa | Sales online I knew the excellent price quality of the brand, the diversity, the super CHIC design of their warm jackets … and the extreme kindness of the collaborators of the Lisbon shops.
The deconfinement announced, I ask the date of opening of the shops (instagram) : « The shops will remain closed until the borders open, our commercial activity resting mainly on tourism ». I am offered a contact by email which falls into oblivion! A few hours pass, Otilia, the director of the brand, comes back to me. Impeccable French, I buy
online. We are conversing about ordering custom cushion covers. Intrigued by this French without accent *, I invite her to join this 1st meeting on the terrace.
* Otilia worked for many years at Printemps – Paris. At these beginnings, secretary, the unaccented was encouraged. She become a buyer thanks to internal promotion. France, welcoming land in 2020 ?? Portugal remembers, it welcomes, it is Espirito de Portugal. « Espirito de Portugal », unique, special and united, collective on which the Adeline A Lisbonne application will be reconfigured on September 1st. Why ? How ? Explanations in this blog on July 15.

Chicoraçao – Woollen Heart of Portugal
Revenons en 2010, c’est le rebond de la crise des subprimes en Europe, Joao Pessegueiro, son mari, fournisseur d’usines au nord du Portugal vit l’effondrement industriel portugais. Avec sa femme Otilia, surgit l’idée d’unir leurs expériences autour de la filière de  » la laine burel » avec pour défi de sauvegarder ce savoir-faire ancestral portugais. Ainsi, naît Chicoraçao. Aujourd’hui, par cette approche verticale que compose ces différents métiers, de la laine recueillie chez le fermier à la vente en ligne, via la présentation de la production en showroom à l’innovation design, nous permet de bénéficier d’un qualité prix remarquable, de services TOP, d’un développement à la hauteur de l’engagement initial.

Chicoraçao – Woollen Heart of Portugal Back in 2010, it is the rebound of the subprime crisis in Europe, Joao Pessegueiro, her husband, supplier of factories in the north of Portugal is experiencing the Portuguese industrial collapse. With his wife Otilia, the idea arises to unite their experiences around the « burel wool » sector with the challenge of safeguarding this ancestral Portuguese know-how. Thus was born Chicoracao. Today, by this vertical approach that makes up these different trades, from the wool collected from the farmer to online sales, through the presentation of production in a showroom to design innovation, allows us to benefit from remarkable price quality, TOP services, and a development commensurate with the initial commitment.

Et maintenant ?
Le Covid-19… 40 familles portugaises dépendantes de l’entreprise… les loyers de 5 boutiques… lorsque le marché concerne essentiellement les touristes et les expatriés, le constat est grave : « Notre chance est d’avoir eu un propriétaire de nos boutiques solidaire. Au contraire d’une autre, que nous avons préféré éconduire afin de préserver l’engagement humain vis à vis de nos salariés, de nos fournisseurs et de nos responsabilités. C’est très très difficile. »

Otilia, quelles incidences positives retenez-vous de ce confinement ?
« Côté famille, c’est une aubaine car avoir du temps pour soi, pour sa famille, c’est véritablement le mal de l’entrepreneur. Au fil des jours, la cuisine s’est animée, les repas, les conversations se sont enrichies ;
Côté entreprise, la survie dépend de la trésorerie qui permet l’année de disette : c’est très dur. Très progressivement, les bonnes nouvelles succèdent aux mauvaises :  Nos clients français se félicitent que le commerce local semble privilégié.
Notre réflexion, l’artisanat, l’art et le design ont des fondamentaux communs, le matériau de qualité. Nous ne sommes pas doués pour construire des partenariats, nous y consacrons certainement trop peu de temps. Nous aimerions développé des partenariats avec des artistes – Fernando Ribeiro rebondit Nuno Gama, Joana Vasconcelos – exactement !
Actuellement, l’équipe s’enthousiasme autour du projet Cooking Hotel. Un partenariat, c’est ouvrir le champ des possibles, nous souhaiterions développer ce concept. Artiste, créateur, designer, vous êtes les bienvenus. ».

Dessinés par l’architecte Ana Correia

And now ? « The Covid-19 … 40 Portuguese families dependent on the company … rents for 5 shops … when the market mainly concerns tourists and expatriates, the observation is serious : « Our luck is to have had an owner of our supportive shops. Unlike another, whom we preferred to dismiss in order to preserve human commitment towards our employees, our suppliers and our responsibilities. It is very very difficult. »
Otilia, what positive consequences do you retain from this confinement? « On the family side, it’s a boon because having time for yourself, for your family, is really the evil of the entrepreneur. Over the days, the kitchen has come alive, the meals, the conversations have been enriched; On the business side, survival depends on cash that allows the year of scarcity: it’s hard. Gradually, the good news succeeds the bad: Our French customers are pleased that local trade seems privileged. Our thinking, craftsmanship, art and design have common fundamentals, quality material. We are not good at building partnerships, we are certainly spending too little time on them. We would like to develop partnerships with artists – Fernando Ribeiro bounces Nuno Gama, Joana Vasconcelos – exactly! Currently, the team is enthusiastic about the Cooking Hotel project. A partnership is to open up the field of possibilities, we would like to develop this concept. Artist, creator, designer, you are welcome. « .

Que pensez-vous de notre rencontre en terrasse ?
« Une invitation surprenante, l’idée très originale. On part un peu à l’aventure… De belles personnes autour d’une table en terrasse et un délicieux repas. L’accueil fut super, tout de suite j’ai eu l’impression de connaître depuis longtemps chaque invité. Nous avons échangé nos impressions sur les conséquences négatives et positives de ce COVID 19. Et puis, nous avons partagé sur ce beau projet “Espírito de Portugal” dont nous ferons partie avec beaucoup de plaisir à la rentrée prochaine. Il ne me reste qu’à féliciter et à remercier Adeline de tout cœur !

What do you think of our meeting on the terrace? « A surprising invitation, the very original idea. We are going on an adventure … Beautiful people around a table on the terrace and a delicious meal. The welcome was great, immediately I had the impression of knowing each guest for a long time. We exchanged our impressions on the negative and positive consequences of this COVID 19. And then, we shared on this beautiful project “Espírito de Portugal” of which we will be a part with great pleasure. Back to school. All that remains is to congratulate and thank Adeline with all my heart!

Catarina Pombo Nabais, philosophe, commissaire d’exposition et directrice de
@oficina Impossivel

Lire >> Entre Nous 15.01.20

Catarina, comment as-tu vécu ce confinement ?
« Le confinement nous a permis de penser et de repenser le monde ! Bien-sûr qu’il s’agit d’une situation dramatique. Bien-sûr que le confinement en soi-même est une mesure extrême qui restreint nos libertés les plus basiques : la liberté de mouvement et d’occupation de l’espace publique. Pourtant, au-delà de la tragédie des morts et de la somme immense de souffrance qui justifie le confinement, j’aime toujours voir le côté positif des choses et je vois dans le confinement une opportunité très rare et magnifique : celle d’avoir du temps – sauf ceux qui ont dû continuer à travailler. Il faut avoir à l’esprit que ce privilège dont je parle n’est pas un privilège commun, mais uniquement de quelques-uns. Pour ce groupe de privilégiés auquel j’appartiens, nous sommes habitués, par exemple, à perdre énormément de temps dans les transports pour aller travailler. Et si nous pensons à la crise climatique, nous comprenons immédiatement les conséquences extrêmement positives du confinement : moins de pollution non seulement de la production industrielle accélérée, mais aussi de la consommation dingue et dévastatrice de notre société capitaliste, des transports et du tourisme de masse. Le confinement nous a obligé à arrêter, nous a forcé à repenser nos gestes, nos habitudes, notre application du temps et surtout nos choix de vie, nos choix sociaux, économiques, politiques et écologiques. Pour tout cela, le confinement peut être vu comme une expérience exceptionnelle pour nos vies. Pour le bien et pour le mal, nous avons tous vécu une situation inattendue et inédite – sauf pour ceux, déjà centenaires, qui ont vécu la peste espagnole. L’atmosphère de peur générale, le scénario du monde global que nous avons l’habitude de voir en mouvement 24h/24, soudainement stoppé, réduit au néant, c’est la sensation d’une certaine suspension du temps. »
« Personnellement, le confinement m’a touché énormement. La réalité me semblait presque irréelle, comme si nous étions des personnages d’un film de science-fiction futuriste. Les deux-trois premières semaines, j’étais plongée dans la pandémie, je ne voulais que voir les infos, lire des textes scientifiques sur le virus comme aussi des textes philosophiques sur cet événement. Gilles Deleuze dit que la nouvelle littéraire s’oriente par la question « qu’est ce qui s’est passé ? ».  Et, en effet, j’étais obsédée par cette question et pour comprendre l’avènement de cet événement. Comprendre ce qu’il arrive, penser le présent en acte, au moment où il se transforme est une des questions les plus difficiles de la philosophie, mais pour cela même, elle est aussi une expérience bouleversante, surtout dans une situation de pandémie globale ! En plus, le cocktail entre la peur d’attraper le virus (au début on ne savait même pas si on était déjà contaminés et si on avait déjà contaminé d’autres personnes) et la complexe chorégraphie sanitaire qu’il fallait appréhender, ont été un mélange explosif. Elle m’a coupé l’envie de sortir de la maison. Je ne sortais que pour le strictement nécessaire, même pas pour mes ballades du matin ou de fin de journée. Aussi, ne plus pouvoir rendre visite à ma mère et aller ensemble au café le matin (comme on le fait presque tous les jours car nous sommes voisines) et la voir totalement isolée chez elle a été très dur. Heureusement, j’ai passé le confinement en compagnie de ma fille Alice, mon pays des merveilles, aussi chérie que vraiment comique, nous avons passé des moments absolument magnifiques et inoubliables. La cuisine fut notre échappatoire et notre grande amie ! 
En ce qui concerne la dimension professionnelle, c’est particulièrement drôle, car dans mon cas spécifique un certain confinement fait naturellement partie du travail philosophique. Pour lire et écrire en philosophie, il faut nécessairement être isolé, seul. Mon travail philosophique passe nécessairement par un rapport de solitude, de concentration absolue, où il faut être en relation totale avec les livres. Donc, quand j’ai compris qu’il fallait être confinée, la première projection était très positive, et j’imaginais réussir à travailler comme d’habitude. Mais, j’ai rapidement compris que c’était très différent d’être isolé par le rythme naturel du travail que par la nécessité imprévue d’une pandémie, où la peur et l’incertitude parlent plus fort et finissent par dominer notre esprit et notre concentration. Au début, il me semblait presque impossible de poursuivre mes projets, de lire et d’écrire. J’ai même senti un blocage créatif. Mais après ce moment de choc initial, j’ai réussi à construire et à finir un projet pour la FCT (Fondation pour la Science et pour la Technologie) dont la deadline était à la fin du mois d’avril. 
Après, l’énergie est toute de suite réapparue, encore plus puissante. Même qu’ayant perdu un peu le sens du temps chronologique (parfois je ne sais plus très bien quel jour est-il, car le temps est devenu une matière informe, diffuse), j’ai retrouvé une certaine idée de routine et je me suis rééquilibrée dans cette nouvelle normalité précaire, fragile et étrange. Maintenant, je peux enfin dire que j’ai retrouvé ma dynamique de travail. D’ailleurs, je travaille beaucoup mieux à la maison, j’ai plus de temps pour la recherche et j’ai la bonne conscience de contribuer pour la ville verte de Lisbonne car je ne pollue pas l’environnement en me rendant à la faculté.  Je fonce à nouveau, ressourcée, je prépare un prochain livre dédié à la philosophie et à mon travail à la Faculté. »

Catarina, how did you experience this confinement?  « Containment has allowed us to think and rethink the world! Of course it is a dramatic situation. Of course containment in itself is an extreme measure which restricts our most basic freedoms : freedom of movement and occupation of public space. However, beyond the tragedy of the dead and the immense amount of suffering that justifies confinement, I always like to see the positive side of things and I see in confinement a very rare and magnificent opportunity: that of having time – except those who have had to continue working. It must be borne in mind that this privilege of which I speak is not a common privilege, but only to For this privileged group to which I belong, we are used, for example, to waste a lot of time in transport to go to work. And if we think of the climate crisis, we immediately understand the extremely positive consequences of containment: less pollution not only from accelerated industrial production, but also from the insane and devastating consumption of our capitalist society, of transport and mass tourism. The confinement forced us to stop, forced us to rethink our gestures, our habits, our application of time and especially our life choices, our social, economic, political and ecological choices. For all this, confinement can be seen as an exceptional experience for our lives. For good and for bad, we have all experienced an unexpected and unprecedented situation – except for those, already centenarians, who have experienced the Spanish plague. The atmosphere of general fear, the scenario of the global world that we are used to seeing in motion 24 hours a day, suddenly stopped, completely empty, is the feeling of a certain suspension of time. « 
« Personally, confinement touched me enormously. The reality seemed almost unreal to me, as if we were characters from a futuristic science fiction film. The first two-three weeks, I was immersed in the pandemic, I only wanted to see the news, read scientific texts on the virus as also philosophical texts on this event. Gilles Deleuze says that the literary short story is guided by the question « what happened?  » And, indeed, I was obsessed with this question and to understand the advent of this event. Understanding what is happening, thinking about the present in action, at the moment when it is being transformed is one of the most difficult questions in philosophy, but for that very reason, it is also an overwhelming experience, especially in a situation of global pandemic! In addition, the cocktail between the fear of catching the virus (at first we did not even know if we were already infected and if we had already contaminated other people) and the complex health choreography that had to be apprehended, were an explosive mixture. She cut me off from going out of the house. I only went out for the strictly necessary, not even for my morning or late afternoon walks. Also, not being able to visit my mother and go to the cafe together in the morning (as we do
almost every day because we are neighbors) and seeing her totally isolated at home was very hard. Fortunately, I spent confinement with my daughter Alice, my wonderland, as darling as really funny, we had absolutely wonderful and unforgettable moments. The kitchen was our escape and our great friend!
Regarding the professional dimension, this is particularly funny, because in my specific case a certain confinement is naturally part of the philosophical work. To read and write in philosophy, one must necessarily be isolated, alone. My philosophical work necessarily goes through a relationship of solitude, of absolute concentration, where you have to be in total relation with books. So when I understood that I had to be confined, the first screening was very positive, and I imagined succeeding in working as usual. But, I quickly understood that it was very different to be isolated by the natural rhythm of work than by the unforeseen need for a pandemic, where fear and uncertainty speak louder and end up dominating our minds and our focus. At first, it seemed almost impossible to continue my projects, to read and write. I even felt a creative block. But after that initial shock, I managed to build and finish a project for the FCT (Foundation for Science and Technology) whose deadline was the end of April.
Afterwards, the energy immediately reappeared, even more powerful. Even having lost a little sense of chronological time (sometimes I do not know very well what day is, because time has become a formless, diffuse matter), I found a certain idea of routine and I am rebalanced in this new precarious, fragile and strange normality. Now, I can finally say that I have regained my working dynamics. Besides, I work much better at home, I have more time for research and I have the good conscience to contribute for the green city of Lisbon because I do not pollute the environment by going to the faculty . I go for it again, refreshed, I am preparing a next book dedicated to philosophy and my work at the Faculty.« 

Félicitations aux propriétaires locataires à l’intelligence collective #espiritodeportugal – Haro à la black list !
Telle mère, telle fille, j’ai hâte de faire sa connaissance.

Comment cela se passe t-il pour la galerie @oficina Impossivel ?
Contrairement à mon travail académique que j’ai réussi à poursuivre, la crise pandémique a été spécialement pénible pour mon récent projet de la Galerie Oficina Impossivel. Nous venions juste de finir la première exposition, une belle réussite, mais le projet avait à peine commencé et paf ! Ainsi, j’ai dû fermer les portes, juste après les avoir ouvertes. Heureusement, le propriétaire de ce bel espace sur deux niveaux, galerie au rez-de-chaussée et ateliers d’artistes au premier étage, est particulièrement conciliant, sinon sa fermeture était inévitable. En effet, j’aimerais profiter de cette occasion pour rendre hommage au propriétaire, qui est presque mon partenaire dans cette aventure. Il a préféré louer son espace, en plein centre-ville, pour ce projet artistique et culturel lié à la philosophie, que de le destiner à la location locale ou à d’autres projets touristiques en gagnant plus d’argent. Le propriétaire est bien un exemple d’un appui privé au secteur culturel. Je crois même qu’il faudrait donner une attention à cet exemple pour repenser les rapports commerciaux à Lisbonne dans le contexte, d’un côté, de la gentrification et de la spéculation immobilière et, de l’autre, de l’urgence de repenser les structures culturelles qui travaillent autour de toutes sortes de projets créatifs. 
Pour les galeries en général, sans doute la solution, au moins provisoire, passe par le virtuel, par des rendez-vous personnalisés ou des solutions de drive-in ou d’autres configurations pour les grands espaces, et peut-être même pour l’usage des espaces publiques. C’est précisément dans cette voie, que j’ai lancé un défi aux artistes et artisans pour faire un vidéo, maximum de 5 minutes, afin de partager leurs défis lors de la pandémie. La réception a été magnifique car j’ai déjà reçu 8 vidéos, provenant soit d’artistes qui travaillent avec la galerie, soit d’artistes qui n’ont pas encore eu l’opportunité de visiter la galerie. Lorsque d’autres artistes sont en train de préparer leurs vidéos. Cela a créé un réseau virtuel de partage entre les artistes et les artisans et tous m’ont écrit en remerciant l’initiative et en l’applaudissant. Je suis donc très heureuse de l’avoir fait. Cela a permis à la galerie de continuer son existence d’une façon virtuelle et cette approche online m’a déjà rendu plusieurs nouveaux contacts de clients et d’artistes. 
Je ne le répeterai jamais suffisant : la Galeria @oficina Impossivel est une galerie pour les artistes mais aussi pour les artisans, car non seulement il y a des artisans qui font un travail exceptionnel, mais la galerie est un espace qui valorise le faire, la « techné », la main qui produit l’œuvre, soit de l’artiste, soit de l’artisan. Je crois qu’il faut appuyer non seulement les artistes, mais aussi les artisans qui sont normalement relégués sur les marchés de rue et rarement exposés dans les galeries. La Galeria est un espace de rencontre, de partage du sensible sous toutes ses formes, artistiques, philosophiques et artisanales.
Aujourd’hui, en ce qui concerne l’écosystème des arts, il faut agir pour renforcer les activités qui ont été terriblement touchées par la pandémie : les artisans, les artistes, les galeristes. La solidarité et l’esprit collectif sont indispensables. Bien-sûr qu’il faut lutter pour que le monde des arts soit considéré dans le budget de L’État et pour qu’au moins 1% y soit appliqué, car cela fait partie d’une conception basique de l’État social. Mais plus qu’aider, il faut repenser tout l’écosystème culturel. Il faut que les artistes s’organisent entre eux pour créer ensemble et il faut des structures collectives capables d’inventer un futur harmonieux et durable pour tous. De nouvelles solutions sont urgentes. C’est le motto de la Galeria @oficina Impossivel, repris du Mai 68 : « de l’impossible, sinon j’étouffe ! ». Le moment est maintenant, le moment, c’est le présent !
Tout au début de cette pandémie, j’ai eu l’idée claire qu’on était face à un changement radical de paradigme social, politique, économique, écologique. Nous observons clairement ce changement, à commencer par la solidarité qui a fonctionné d’une façon rhizomatique et transversale dans plusieurs sphères de la vie publique, soit dans la science, dans le SNS, soit dans plusieurs initiatives privés qui se sont réinventés pour aider le SNS, soit dans les mouvements plus récents tel #BlackLivesMatter. Le monde est en train de changer. C’est le moment d’agir et de lutter pour un monde solidaire, juste, inclusif, écologiquement équilibré pour nous tous et pour les générations à venir #espiritodeportugal

Que penses-tu de cette rencontre en terrasse ?
Merci Adeline pour cette si gentille invitation. Tu fais un travail exceptionnel afin de présenter des projets très diverses à Lisbonne. En ce qui concerne le monde des arts plus spécifiquement, je crois que la façon simple, décompliquée, directe dont tu passes la parole est très importante. Comme tu le sais, j’ai toujours ce combat contre l’élitisme de l’art. Je suis donc très sensible à ta façon dépouillée et décomplexée de parler des espaces artistiques. En plus, j’ai beaucoup aimé de partager ce moment si agréable avec Otília et Fernando que je ne connaissais pas, et avec qui nous sommes déjà en syntonie. 

How is it going for the gallery @oficina Impossivel ? Unlike my academic work which I have managed to pursue, the pandemic crisis was especially painful for my recent project at Galerie Oficina Impossivel. We had just finished the first exhibition, a great success, but the project had barely started and bang! So, I had to close the doors, right after I opened them. Fortunately, the owner of this beautiful space on two levels, gallery on the ground floor and artist workshops on the first floor, is particularly accommodating, otherwise its closure was inevitable. Indeed, I would like to take this opportunity to pay tribute to the owner, who is almost my partner in this adventure. He preferred to rent his space, right in the city center, for this artistic and cultural project linked to philosophy, than to rent it for local rental or other tourist projects by earning more money. The owner is an example of private support for the cultural sector. I even believe that we should pay attention to this example to rethink the commercial relations in Lisbon in the context, on the one hand, of gentrification and real estate speculation and, on the other, of the urgency to rethink cultural structures that work around all kinds of creative projects.
For galleries in general, probably the solution, at least provisional, goes through the virtual, through personalized meetings or drive-in solutions or other configurations for large spaces, and perhaps even for the use of public spaces. It is precisely in this way that I challenged artists and artisans to make a video, maximum 5 minutes, to share their challenges during the pandemic. The reception was magnificent because I have already received 8 videos, either from artists who work with the gallery, or from artists who have not yet had the opportunity to visit the gallery. When other artists are preparing their videos. It created a virtual network of sharing between artists and artisans and everyone wrote to me thanking the initiative and applauding it. So I’m very happy to have done it. This has allowed the gallery to continue its existence in a virtual way and this online approach has already made me several new contacts of clients and artists.
I will never repeat it enough: the Galeria @oficina Impossivel is a gallery for artists but also for artisans, because not only are there artisans who do exceptional work, but the gallery is a space that values ​​doing it, « Techné », the hand which produces the work, either of the artist, or of the craftsman. I think we need to support not only the artists, but also the artisans who are normally relegated to the street markets and rarely exhibited in galleries. La Galeria is a space for meeting, sharing the sensitive in all its forms, artistic, philosophical and artisanal.
Today, with regard to the arts ecosystem, action must be taken to strengthen the activities that have been terribly affected by the pandemic: artisans, artists, gallery owners. Solidarity and a collective spirit are essential. Of course we have to fight for the arts to be considered in the state budget and for at least 1% to be applied to it, because this is part of a basic conception of the social state. But more than helping, we have to rethink the whole cultural ecosystem. Artists must organize themselves to create together, and collective structures must be able to invent a harmonious and sustainable future for all. New solutions are urgent. This is the motto of the Galeria @oficina Impossivel, taken from May 68: « of the impossible, otherwise I will suffocate!  » The moment is now, the moment is the present!
At the very beginning of this pandemic, I had the clear idea that we were facing a radical change in social, political, economic, ecological paradigm. We are clearly observing this change, starting with the solidarity that has worked in a rhizomatic and transversal way in several spheres of public life, either in science, in the SNS, or in several private initiatives that have reinvented themselves to help the SNS, in more recent movements such as #BlackLivesMatter. The world is changing. Now is the time to act and fight for a united, just, inclusive and ecologically balanced world for all of us and for generations to come.

What do you think of this meeting on the terrace? Thank you Adeline for this kind invitation. You do an exceptional job to present very diverse projects in Lisbon. Regarding the arts more specifically, I believe that the simple, uncomplicated, direct way in which you speak is very important. As you know, I still have this fight against the elitism of art. I am therefore very sensitive to your bare and uninhibited way of speaking of artistic spaces. In addition, I really enjoyed sharing this pleasant moment with Otília and Fernando, whom I did not know, and with whom we are already in tune.

Fernando Ribeiro, producteur @MAAT 

Lire >>  Entre Nous 01.07.2020

Fernando, comment as-tu vécu ce confinement ?
« Personnellement, j’ai eu la chance d’avoir une terrasse et de vivre une relation affective harmonieuse donc, je sais avoir bénéficié de conditions « idéales ». 
Le Portugais, principalement orienté vers l’extérieur, par cette nouvelle expérience, va se préoccuper dans l’avenir certainement plus à son intérieur.
Du côté de l’association Alfa Art contemporain, la programmation ALFA 2020 est donc reportée.
Par contre, du côté des artistes, c’est une double peine après la crise de 2010.  Le mouvement SOS ARTE PT me tient à cœur, d’ailleurs comme membre fondateur et, pendant toute la période du confinement, j’ai aussi fait partie de plusieurs groupes de travail qui s’engagent pour trouver des solutions et peuvent aider les artistes ainsi que les professionnels des arts à faire face à cet événement imprévisible. 

L’incidence culturelle véritablement positive est l’accent porté sur le digital. Par exemple, au MAAT, nous nous sommes davantage engagés vers le numérique pour renforcer la liaison entre l’institution, le travail des artistes et notre public.

Que penses-tu de cette rencontre en terrasse ?
L’importance capitale de faire le pont avec la cité et tous ces intervenants, et avoir toujours en tête l’idée de développer des partenariats, parce qu’ensemble nous réussissons mieux.

Read >>  Entre Nous 01.07.2020
Fernando, how did you experience this confinement? « Personally, I was lucky to have a terrace and live a harmonious emotional relationship, so I know that I benefited from « ideal » conditions. The Portuguese, mainly oriented towards the outside, by this new experience, will certainly be more interested in its interior. As for the Alfa Contemporary Art association, the ALFA 2020 program is therefore postponed. On the other hand, on the side of the artists, it is a double punishment after the crisis of 2010. The SOS ARTE PT movement is close to my heart, moreover as a founding member and, throughout the confinement period, I also did part of several working groups that are committed to finding solutions and can help artists and arts professionals to cope with this unpredictable event.
The truly positive cultural impact is the emphasis on digital. For example, at MAAT, we are more committed to digital to strengthen the link between the institution, the work of artists and our audience.
What do you think of this meeting on the terrace? The capital importance of building a bridge with the city and all these stakeholders, and always having in mind the idea of ​​developing partnerships, because together we succeed better.

Trio de choc

Des têtes comme j’aime qui fonctionnent de manière verticale, horizontale, transversale… Générosité, convivialité, solidarité et intelligence collective.
Je vous remercie tous les trois d’avoir accepter cette invitation notamment Otilia. Foncions-nous vers l’inconnu ? NON, ensemble c’est toujours mieux.
Invitation en terrasse qui sera reconduite à la rentrée au sein du collectif « Espirito de Portugal ». Des particuliers pourront s’y joindre : suivez les événements des pages Facebook Espirito de Portugal by Adeline à Lisbonne.

Heads I like that work vertically, horizontally, transversely … Generosity, conviviality, solidarity and collective intelligence. Thank you all three for accepting this invitation, particularly Otilia. Are we going into the unknown? NO, together it’s always better.
Invitation on the terrace which will be renewed at the start of the school year in the collective « Espirito de Portugal ». Individuals could join: follow the events on the Facebook pages Espirito de Portugal by Adeline à Lisbonne.

« Espirito de Portugal » by « Adeline A Lisbonne, unique, spécial, l’intelligence collective… Votre passeport pour vivre et faire vivre les valeurs portugaises entre les 7 collines de Lisbonne ; votre agenda, les inaugurations, l’actualité lisboète (J-2)…
« Espirito de Portugal » by « Adeline A Lisbonne, unique, special, collective intelligence … Your passport to living and bringing to life the Portuguese values between the 7 hills of Lisbon; your agenda, inaugurations, Lisbon news ( D-2) ...

J’ai fait école, ne sommes-nous pas charmants ?
Visières @cartunestore surtout marchons casqué !

Adeline à Mindelo – Sao Vicente – Cap-Vert

Cap Vert - Cabo Verde

BY

En janvier 2019, j’ai découvert les îles du Cap-Vert, plus particulièrement celle de Boa Vista. Avec une amie, nous y avons passé une semaine agréable « tout inclusive » à l’hôtel-club Rui Touareg *****  entre température hivernale nocturne de 20° jusqu’à 26° la journée, et de magnifiques plages de sable blanc. Toujours plus enthousiaste par « l’esprit portugais », associé au « no stress » local, à 5h de Paris ou mieux 4h de Lisbonne, ma destination 2020 était toute trouvée. Les îles Boa Vista et Sal étant touristiques, je retenais l’immersion capverdienne dans un Bed & Breakfast, dans l’île de Sao Vicente du 9 au 27 janvier 2020.

In January 2019, I discovered the Cape Verde Islands, more specifically that of Boa Vista. With a friend, we spent a pleasant « all inclusive » week at the hôtel-club Rui Touareg *****  between winter night temperatures of 20 ° to 26 ° the day, and magnificent white sandy beaches . Always more enthusiastic by the « Portuguese spirit », associated with the local « no stress », 5 hours from Paris or better 4 hours from Lisbon, my 2020 destination was all found. The Boa Vista and Sal islands being tourist, I retained the Cape Verdean immersion in a Bed & Breakfast, in the island of Sao Vicente from January 9 to 27, 2020.

Immersion culturelle, on ne peut plus rapide, puisque dès mon arrivée dans l’avion, mon voisin, le DJ X-Tra me parlait de relations migratoires, de musique, de kizomba, du Kizomba Luxembourg, de partenariat avec Las Vegas, Moscou…

Entre Nous aérien n°1, 4h = 15mn !

Adeline : Patrizio me semble un prénom peu capverdien ?
Patrizio : Tu as raison, je suis né en Italie, mon passeport est portugais, ma mère est capverdienne, je vis au Luxembourg (profil courant d’un peuple autant porté à l’émigration qu’à l’immigration). Je te présente ma mère, je l’accompagne 10 jours à Mindelo. Je me ressource au Cap Vert.

Luxembourg ? Je viens juste d’échanger avec un capverdien y vivant également !
En effet, le Luxembourg compte 625 000 hab. dont 25% de lusophones, 9 000 capverdiens, grâce à des relations migratoires anciennes privilégiées.

Comment es-tu venu à la musique ?
La musique occupe une place particulière dans la culture capverdienne. Tu connais certainement la morna, rendue célèbre par la « diva aux pieds nus » Cesaria Evora et sa chanson Sodade [en effet, sa voix est associée à chacun de mes voyages à travers les Grenadines], mais aussi la coladeira, version accélérée et dansante de la morna.
Avant de savoir lire, je demandais à ma mère d’apprendre à jouer du piano. J’ai appris à compter grâce au solfège : do (1), ré (2), mi (3)… Ma tante m’a appris à danser… Si j’ai fait des études de commerce au Luxembourg, mon bureau a vite été trop petit face au modèle de mon cousin, Dany Delgado, l’un des meilleurs DG de Rotterdam !
Dès mes 12 ans, j’ai eu la chance de passer derrière sa table de mixage, ainsi progressivement on se retrouve en première partie des Daddy Yankee, Mims, Booba, Caboverde Show, Grace Evora, Elji Beatzkilla… 
C’est en mai 2012, entre quatre amis qu’a germé l’idée d’un festival de kizoma à Luxembourg.

Kizoma ?
Le kizomba est un genre musical et la kizomba, une danse africaine, originaire d’Angola. Née en 1980, c’est un mélange de semba (Angola), de kompa (Haïti/1955) et de zouk (Antilles/1979). Bien que nés en Angola, le genre musical kizomba et la danse qui l’accompagne se sont développés dans l’ensemble des pays d’Afrique lusophones (Guinée-Bissau, Cap-Vert, Mozambique, Sao Tomé…). Cela a engendré la naissance de styles très caractéristiques de zones géographiques, tant en ce qui concerne la musique que la danse. La kizoma a gagné l’Europe en 2008, le Portugal étant précurseur en 1988.

Quel âge avais-tu en 2012 ?
J’avais 19 ans, l’idée nous amusait. Nous avons choisi le long weekend du 1er mai. La 1ère édition a réuni 600 personnes. En 2017, nous accueillions 3000 personnes du jeudi au lundi de 12h à 20h et de 22h à 8h.

Luxembourg ? Festival Events
Las Vegas, Moscou, Londres sont de nouvelles étapes partenaires, l’Albanie sera la prochaine en 2020. Mes journées se partagent aussi entre toute sorte d’événements où la partie musicale est sous ma responsabilité, auxquels s’ajoutent mes soirées DJ de part le monde.

Woah, sur quoi penses-tu repose ce succès ?
Probablement, le respect de soi, des autres, notre flexibilité, notre envie de donner ce que l’on voudrait recevoir, l’innovation technique, le marketing direct, les réseaux sociaux, la cohésion de notre groupe.

Y a t-il des limites au développement de ces festivals ?
Le caractère bon enfant nous semble nécessaire de limiter le nombre à 3000 personnes avec toujours en tête l’impératif d’équilibrer le ratio femme/homme.

Que représente un festival ?
La musique et la danse sociale proprement dites, des workshops et des soirées à thème.

Vaste programme !
Oui. Quand c’est possible, je rejoins donc les îles Sao Vicente et Santo Antao, l’île où ma mère est née. Si tu veux, nous te déposons et en fin d’après-midi, on fait un tour ensemble pour t’aider à mieux percevoir la terre de mes ancêtres.

The first aerial « Entre Nous » started, 4 hours seemed 15 minutes
Adeline:
Patrizio seems to me a little Cape Verdean name?
Patrizio: You’re right, I was born in Italy, my passport is Portuguese, my mother is Cape Verdean, I live in Luxembourg (current profile of a people as much inclined to emigration as to immigration)! I present my mother to you, I accompany her 10 days to Mindelo. I recharge my batteries in Cape Verde.
Luxembourg? I just had a chat with a Cape Verdean also living there! In fact, Luxembourg has 625,000 inhabitants. 25% of whom are Portuguese speakers, 9,000 Cape Verdeans thanks to privileged long-term migratory relations.
How did you come to music? Music occupies a special place in Cape Verdean culture. You certainly know the morna, made famous by the « barefoot diva » Cesaria Evora and her song Sodade [indeed, her voice is associated with each of my trips through the Grenadines], but also the coladeira, accelerated and dancing version of the morna.
Before I could read, I asked my mother to learn to play the piano. I learned to count thanks to music theory: do (1), ré (2), mi (3) … My aunt taught me to dance … If I studied commerce in Luxembourg, my office quickly became too small compared to the model of my cousin, one of the best CEOs in Rotterdam, Dany Delgado! From my 12 years, I had the chance to go behind his mixer, so gradually we find ourselves in the first part of the Daddy Yankee, Mims, Booba, Caboverde Show, Grace Evora, Elji Beatzkilla … May 2012, between four friends who germinated the idea of ​​a kizoma festival in Luxembourg.
Kizoma? Kizomba is a musical genre and kizomba, an African dance, originally from Angola. Born in 1980, it is a mixture of semba (Angola), kompa (Haiti / 1955) and zouk (Antilles / 1979). Although born in Angola, the musical genre kizomba and the dance that accompanies it have developed in all of the Portuguese-speaking African countries (Guinea-Bissau, Cape Verde, Mozambique, Sao Tome …). This has led to the birth of styles very characteristic of certain geographic areas, both in terms of music and dance. Kizoma reached Europe in 2008, Portugal being a pioneer in 1988.
How old were you in 2012 ? I was 19, the idea amused us. We chose the long weekend of May 1st. The 1st edition brought together 600 people. In 2017, we welcomed 3000 people from Thursday to Monday from 12 p.m. to 8 p.m. and from 10 p.m. to 8 a.m.
Luxembourg (04.30 – 05.05) ? Las Vegas (05.07), Moscow (02.27), London are new partner stages, Albania will be the next in 2020. My days are also divided between all kinds of events where the musical part is my responsibility, to which are added my DJ evenings. the world.
Woah, what do you think this success is based on? Probably, respect for oneself, for others, our flexibility, our desire to give what we would like to receive, technical innovation, direct marketing, social networks, the cohesion of our group.
Are there limits to the development of these festivals? The good-natured nature seems to us necessary to limit the number to 3000 people with always in mind the imperative to balance the female / male ratio.
What does a festival represent? The music and social dance proper, workshops and theme evenings.
Extensed program! Yes. When possible, I join the Sao Vicente and Santo Antao islands, the island where my mother was born. If you want, we drop you off and at the end of the afternoon, we take a tour together to help you better perceive the land of my ancestors.

Séverine & PatrizioBed & Breakfast Residencial Maravilha
Ainsi, avec mon amie Séverine, nous avons découvert Sao Vicente, Mindelo,
et maintenant vous invite à partager nos expériences.
So with my friend Séverine, we discovered Sao Vicente, Mindelo,
and now invite you to share our experiences.

Culture

Mindelo est considérée comme la capitale culturelle du Cap-Vert. Sa vie nocturne est célèbre pour ses bars animés notamment au mois de décembre et de février (Carnaval de Mindelo).  Chaque weekend de janvier, les répétitions, les parades de tambours et autres se succèdent… J’ai découvert  la capoeira. Art martial afro-brésilien qui aurait ses racines dans les techniques de combat des peuples africains du temps de l’esclavage au Brésil. Elle se distingue des autres arts martiaux par son côté ludique et souvent acrobatique. Les pieds sont très largement mis à contribution durant le combat bien que d’autres parties du corps puissent être employées telles que les mains, la tête, les genoux et les coudes. Les « joueurs » peuvent prendre position en appui ou en équilibre sur les mains pour effectuer des coups de pieds ou des acrobaties. De formes diverses, la capoeira est jouée et/ou luttée à différents niveaux du sol et à différentes vitesses, accompagnée le plus souvent par des instruments, des chants et des frappements de mains. Sans limite d’âge !

Dans un de ces bars à spectacle a donc commencé la carrière de Cesária Évora. Le théâtre occupe également une place importante dans la culture de São Vicente. Mindelo est une petite ville où nous avons pris plaisir à déambuler, à partager, c’est TOP ! Ponta d’Praia Gallery by Tchalê : j’adore !

Ponta d’Praia Gallery by Tchalê

Culture Mindelo is considered the cultural capital of Cape Verde. Its nightlife is famous for its lively bars, especially in December and February ( Carnival de Mindelo ). Each weekend of January rehearsals take place, drum parades and others follow one another … I discovered capoeira. Afro-Brazilian martial art which has its roots in the fighting techniques of African peoples during the time of slavery in Brazil. It is distinguished from other martial arts by its playful and often acrobatic side. The feet are very widely used during the fight although other parts of the body can be used such as hands, head, knees and elbows. The « players » can take position in support or balance on the hands to perform kicks or acrobatics. In various forms, capoeira is played and / or wrestled at different levels of the ground and at different speeds, most often accompanied by instruments, songs and hand claps. Without age limit! In one of these bars, the career of Cesária Évora began. The theater also occupies an important place in São Vicente culture. Mindelo and a small town where we enjoyed wandering around, sharing, it’s TOP! Ponta d’Praia Gallery by Tchalê: I love it!

Voyage, Kizomba et Cap-Vert, oRITMo

Les rencontres font les rencontres : oRITMo a lancé la destination Cap-Vert entre randonnée, visite et  workshop Kizomba…

Cachupa

Boire & Manger & Musique

Les glaces Cremositos
Marina Mindelo Club
La Pergola
Le Nautilus
Elvis
Le Goût (dernier étage avec vue sur océan)
Jazzy Bar
Livraria Nho Djunga

TOP produits naturels et soins Mamdyara

Artisanat/Made in Cape Verde

On y trouve plein de choses mais comme à Lisbonne, il faut prendre le temps de fouiner à travers les ruelles ! Voici mes adresses préférées :
Quintal das Artes : Lieu qui héberge plusieurs artisanats (en face du marché à poissons)
–  Atelier Shop LizArt : authentique artisanat (bijoux) – Espace à l’entrée de Quintal das Artes
Produits naturels Mamdyara : topissime, ça sent booonnn. Soins du visage et des cheveux, remarquables !
Tapisserie Joana Pinto : LA tapisserie de référence capverdienne, j’adore leurs couleurs…
–  Centro Cultural de Mindelo : Expositions, agenda de l’animation dans la ville …
– Art D’Cretcheu : à l’intérieur du Centre Culturel
Lucy’s Shop (Av. 5 Julho ao lado Fragata) : Excellent qualité prix
–  Capvertdesign+Artesanato : la belle boutique de l’île…
Bô Casa Têxteis : Véritable wax print. J’y ai préféré un tissu face à de plus nombreux présentés dans la ville, notamment sur le marché Praça Estrela.

Les Tapisseries de Joana Pinto à la notoriété mondiale

Une leçon de vivre ensemble !

La vie lusophone est un exemple de savoir vivre ensemble, et dans un monde qui ne cesse de se déchirer, je ne cesse de me dire comment font-ils ?  Leurs enfants ne pleurent, rechignent, crient JAMAIS… Plus j’observe, plus je suis fan.
Chaque personne est considérée et entendue, respectée. Je prends pour exemple une soirée parmi d’autres à Mindelo : Je passe devant le jardin d’enfant qui affiche complet, pas un bruit plus haut que l’autre, pourtant les enfants jouent dans tous les sens, c’est beau à voir. 10 ou 150 enfants, aucun changement…

Je poursuis ma route et arrive devant un couple capverdien, leur petite fille de 3 ans debout sur le muret, face à son père, reçoit tous les compliments du monde…
J’arrive au restaurant complet, très gentiment, on accepte que je prenne place autour d’une table basse et ses canapés. En face, j’observe une table avec deux charmants petits bambins casquettés, face à leur père (?) casquetté, la mère et probablement ses parents, ainsi que des battons de randonnée prenant appui sur la table. Entre les deux jeunes enfants trône une tablette animée par une histoire de moutons… La fille parle un tant soit peu avec la femme plus âgée. Le mari ? parle une fois avec sa femme ? sa soeur ? Les enfants sont aimantés à leur tablette. Toutes les 5 minutes, la grand-mère lorgne l’assiette de l’enfant à ses côtés ! Mon regard passe des battons de marche à la tablette ! Vous me direz, le dessin animé aurait pu être violent !!

Puis, sans réservation également, un couple français me rejoint à la table. Un local s’asseoit à mes côtés, le serveur me signalant des yeux la gentillesse à lui accorder. Au bout de 15mn, le couple souhaite son départ. Le serveur lui demande de partir. Le garçon nous regarde en nous disant que nous ne l’aimons pas ! Il nous salue en offrant son poing, je « frappe », elle frappe, et il nous quitte. Je finis mon dessert et m’efface.
Le lendemain, dans un autre restaurant que j’avais signalé la veille, ce même couple évite mon regard… Triste réalité, « l’indifférence contemporaine » où tout devient possible. Soit dit en passant, le comportement des randonneurs est le plus souvent des plus cools ; qui pour certain(e)s s’interrogent même sur cette tolérance. Je réponds, c’est culturel : les portugais sont aussi ainsi, c’est apaisant. Si le monde pouvait en prendre de la graine !

« L’altruisme, c’est aussi s’aider soi-même »
Christophe André et Rebecca Shankland

A lesson in living together Lusophone life is an example of knowing how to live together, and in a world that keeps tearing itself apart, I keep telling myself how do they do it? Their children never cry, balk, cry NEVER … The more I watch, the more I’m a fan. Each person is considered and heard, respected. I will take for example an evening among others in Mindelo: I pass in front of the kindergarten which is full, not a noise higher than the other, children playing in all directions, it’s beautiful to see . 10 or 150 children, no change … I continue my journey and arrive in front of a Cape Verdean couple, their 3-year-old daughter standing on the wall, facing her father, receives all the compliments in the world … I arrive at the full restaurant , very kindly, we accept that I take a seat around a coffee table and its sofas. Opposite, I observe a table with two charming little children in caps, facing their caped father (?), The mother and probably his parents, as well as trekking poles leaning on the table. Between the two young children sits a tablet animated by a story of sheep … The girl talks a little bit about herself with the older woman. Does the husband? once talk to his wife? his sister ? The children are magnetized on their tablet, every 5 minutes, the grandmother is eyeing the plate of the child at her side! My gaze goes from walking sticks to the tablet … You will tell me, the cartoon could have been violent! I continue my journey and arrive in front of a Cape Verdean couple, their little girl of 3 years standing on the low wall, facing her father, receives all the compliments in the world… I arrive at the full restaurant, very kindly, we accept that I take my place around a coffee table and its sofas. Opposite, I observe a table with two charming little children in caps, facing their caped father (?), The mother and probably his parents, as well as trekking poles leaning on the table. Between the two young children sits a tablet animated by a story of sheep … The girl talks a little bit about herself with the older woman. Does the husband once talk to his wife? his sister ? Children are magnetized to their tablet. Every 5 minutes, the grandmother is eyeing the plate of the child by her side! My gaze goes from walking sticks to the tablet! You tell me, the cartoon could have been violent !! Then, without reservation, a French couple joined me at the table. A local sits next to me, the waiter indicating me with the eyes, the kindness to grant him. After 15 minutes, the couple want to leave. The waiter asks him to leave. The boy looks at us and tells us that we don’t like him! He greets us by offering his fist, I « strike », she strikes, and he leaves us. I finish my dessert and disappear. The next day, in another restaurant that I had mentioned the day before, this same couple avoids my gaze … Sad reality, « contemporary indifference » where everything becomes possible. By the way, the behavior of hikers is most often the coolest; who for some even wonder about this tolerance. I answer, it’s cultural: the Portuguese are also like that, and I never tire of it because it’s soothing. If the world could take seed …

Se loger / Housing

Bed & Breakfast Residencial Maravilha
Si c’était à refaire, je ferai le même choix. Gabriel et son équipe sont d’une humanité rare, disponible à 4h30 du mat’ pour préparer le petit déjeuner avant le départ vers l’aéroport, à 6h pour prendre le ferry vers Santo Antoa ; mais encore pour me dégoter le spécialiste de la gorge, car un nouveau pays apporte de nouvelles bactéries et une nouvelle laryngite !
Les chambres sont propres, les draps changés tous les 3 jours, l’eau est chaude… Le petit déjeuner est copieux, l’espace est convivial où chacun y va de son expertise,  c’est très sympa ! Localisé entre la plage et la ville, c’est l’idéal.

If it were to be done again, I would make the same choice. Gabriel and his team are of a rare humanity, available at 4.30 am to prepare breakfast before departure for the airport, at 6 am to take the ferry to Santo Antoa; but still to find the throat specialist, because a new country brings new bacteria and a new laryngitis! The rooms are clean, the sheets changed every 3 days, the water is hot … Breakfast is plentiful, the space is friendly where everyone goes there with their expertise, it’s very nice! Located between the beach and the city, it is ideal.

Magz Suites Hotel
Juste avant de partir Gabriel m’a permis de visiter un nouvel hôtel, une jolie grande maison réhabilitée dans les normes durables par sa soeur. Très belles chambres (20), terrasse, hammam… Ouverture juste avant le carnaval, vers le 10 février. Margarida Evora Sagna Tél. (+238) 9912943.
Just before leaving Gabriel allowed me to visit a new hotel, a pretty big house rehabilitated in sustainable standards by his sister. Very nice rooms (20), terrace, hammam … Opening just before the carnival, around February 10.

J’ai aussi visité deux autres hôtels, avec piscine, le premier situé face à l’océan : Pont d’Agua Hotel. Edy (DJ) et Vera, sa femme capverdienne, réhabilitent ainsi le front de mer. Au Printemps, ouvrira un espace dédié à la musique, concert, musée…
L’institution, Hotel Oásis Porto Grande.
A l’opposé de l’île, Hotel Residencial GOA à Calhau.

Ile de Santo Antao

Pour la joie des randonneurs

Je pense que 95% des personnes qui atterrissent sur l’île de Sao Vicente, font une halte avant et après leur semaine de randonnées à travers l’ïle de Santo Antao. Randonner n’est pas mon truc, mais toutes les personnes interrogées, débutantes et confirmées, étaient ravies par la diversité des paysages et bien-sûr, l’accueil chez l’habitant.
Deux débutantes étaient émerveillées de la prestation du guide de AC Tour (dont je suis incapable de trouver les coordonnées). Un petit groupe était ravi du road book fourni par Théo, qui leurs a permis de randonner en toute indépendance pendant 7 jours : Nobai

Santo Antao, à 1h en ferry de Mindelo, Sao Vicente

For the joy of hikers I think that 95% of people who land on the island of Sao Vicente, stop there before and after their week of treks through the island of Santo Antao. Hiking is not my thing, but everyone interviewed, beginners and confirmed, were delighted by the diversity of the landscapes and of course, the homestay. Two beginners were amazed at the performance of the AC Tour guide (whose contact details I am unable to find). A small group was delighted with the road book provided by Théo, which allowed them to hike independently for 7 days : Nobai.

Cap-Vert, politique d’investissement : Flux d’investissements étrangers.

Vent, sable, aéroport
Vol direct de Lisbonne via la TOP compagnie TAP Portugal. Pour les mois de décembre et de janvier, si votre vol fait escale, je vous encourage à prendre un vol de la même compagnie, soit TAP, soit Cabo Verde Airlines… car le vent et la poussière peuvent fermer passagèrement l’aéroport, et donc le stop à Lisbonne ou à Sal vous sera offert. Cette situation est parfaitement gérée sans dommage pour les visiteurs.

Wind, sand, airport Direct flight from Lisbon via the TOP company TAP Portugal . For the months of December and January, if your flight stops, I encourage you to take a flight from the same company, either TAP or Cabo Verde Airlines … because wind and dust can temporarily close the airport, and therefore the stop in Lisbon or Sal will be offered to you. This situation is perfectly managed without damage to visitors.

« Une vie de présent » Marie d’Hombres

Vendredi 7 février, la médiathèque de l’Institut français du Portugal à Lisbonne organisait une rencontre avec le musicien guitariste  Remna et l’écrivaine Marie d’Hombres. A la fin de la soirée, je parlais avec cette dernière d’un savoir être lusophone, portugais, brésilien, capverdien… attitude présentant une force intérieure rare, qui leurs font être fière de leurs cultures, de leurs pays, d’eux-mêmes… Une richesse intérieure mutant en un amour inconditionnel envers l’autre, la famille, les amis, les visiteurs… Marie d’Hombres me répondait : « Ils témoignent d’une vie de présent ».
J’ajouterais que les lusophones sont un parfait miroir de nos comportements. Ils sont le plus souvent très, très sympas, cools, dans le cas contraire, nous devons nous interroger sur notre comportement !

Avant la rentrée de septembre, j’aurai lu ces deux livres, car les thèmes d’émigration et d’immigration sont deux facettes qui me semblent riches d’enseignements pour mieux comprendre nos différences. Déjà, je serai tentée de dire que chez les lusophones, entre colonisateurs et colonisés, il n’y a aucune différence émotionnelle : Ils vivent le temps présent. A suivre !

Friday, February 7, the media center of the French Institute of Portugal in Lisbon organized a meeting with the musician guitarist Remna and the writer Marie d’Hombres. At the end of the evening, I spoke with the latter about knowing how to be Portuguese-speaking, Portuguese, Brazilian, Cape Verdean … attitude presenting a rare interior strength, which makes them be proud of their cultures, their countries, them -same … An inner wealth mutating into an unconditional love for others, family, friends, visitors … Marie d’Hombres answered me: « They bear witness to a life of the present ». I would add that Portuguese speakers are a perfect mirror of our behavior. They are most often very, very friendly, cool, otherwise we can question our behavior!
Before the start of the new school year in September, I will have read these two books, because the themes of emigration and immigration are two facets which seem to me rich in lessons to better understand our differences. Already, I would be tempted to say that among Portuguese speakers, between the colonizers and the colonized, there is no emotional difference
: They live in the present time. To be continued !

Lisboa, made in Portugal, éthique, durable

Français / English

Singular subject, certainly the most important that I will write on
the future of authentic Lisbon, the one we cherish:
– Crafts, Portuguese economic and social link?
– Promotional tool for Portugal?

To observe the profusion of so-called artisanal Lisbon markets, undoubtedly. On closer inspection, a real craft policy should urgently be born in Lisbon, in Porto *, in Portugal, in order to avoid the confusion of genres, between the best and the worst, from real TOP to TOC resale!

Parcourant ces nombreux marchés artisanaux, « Adeline A Lisbonne » faisant la promotion des plus sélectifs par soutien « Gagnant Gagnant » à Lisbonne, au Portugal, et bien-sûr aux nombreux portugais qui ont choisi cette forme d’expression, focus sur la situation.

En 2019

Depuis 1982, l’association Artesaos de Lisboa fédère et promeut cet artisanat. 500 membres y adhèrent aujourd’hui. Admirablement, la mairie tient à disposition des lieux, en jour et en heure, à un tarif préférenciel, consciente du faible retour sur investissement à ce type d’économie (7€).
Le gouvernement honore de sa reconnaissance grâce au document CEARTE. CEARTE qui a remplacé le PPART ces dernières années, preuve de la préoccupation de l’Etat portugais envers ces centaines de personnes qui ne comptent pas leur temps pour essayer de vivre de leurs travaux manuels.
Cependant, le tsunami touristique a engendré un désordre, une vague qui a développé le TOC. Des personnes ont aussi répondu à la demande en créant une offre de marchés supplémentaires. Marchés qui placent à rude épreuve le véritable artisanat, et par effet de cascade, Lisbonne, le Portugal, les visiteurs…

Browsing through these many craft markets, « Adeline A Lisbonne » promoting the most selective by « winning, winning » support in Lisbon, Portugal, and of course to the many Portuguese who have chosen this form of expression, focus on the situation. In 2019 Since 1982, the the association Artesaos de Lisboa federates and promoted this craft. 500 members join today. Admirably, the town hall keeps the premises available, day and hour, at a preferential rate, aware of the low return on investment for this type of economy (€ 7).
The government is grateful for its recognition thanks to the
CEARTE document. CEARTE which replaced the PPART in recent years, proof of the concern of the Portuguese State towards these hundreds of people who do not count their time to try to make a living from their manual work. However, the tourist tsunami created a mess, a wave that developed TOC. People have also responded to the demand by creating an offer of additional markets. Markets that put real craftsmanship to the test, and by cascade effect, Lisbon, Portugal, visitors …

Superbes écharpes en lin, coton, laine, soie, Torcer ideas
Top kit Eberta en rupture de stock, dommage
.

Maillon(s) faible(s)

Le CEARTE est un document extrêmement chiadé où certains auront obligation à y adhérer, car leur niveau de qualification et d’engagement vis à vis du Portugal est le début de la reconnaissance souhaitée. Cependant, aujourd’hui, le CEARTE apporte une seule qualification honorifique. Il est donc un bon début, mais l’Etat portugais ne devrait-il pas aussi créer une alternative au CEARTE, un document plus simple, moins honorifique, mais en rapport avec la seule création effectuée au Portugal ?
En parallèle, le Camara Municipal de Lisboa ne devrait-il pas développer une logistique de différenciation afin de préserver son image, celle de sa ville, celle de son pays ? Différenciation attribuée à l’artisan qui crée par manque de temps jusqu’à sur le marché, proposant des prix toujours trop chers malgré une marge toujours plus faible, son lot quotidien !

7€ et 35€ pour la même offre !
Il faut presque avoir fait Normal Sup pour faire le tour du sujet ! 7€ est le prix d’une journée de marché facturé par la mairie. 35€ par d’autres, je parle ici d’organisateurs qui utilisent le terrain public pour organiser un marché public, des personnes qui semblent s’être substituées à l’action de la mairie. Pour les raisons explicitées ci-dessus, c’est sûr que le manque de marché a donné l’initiative à certains de combler un manque. Mais aujourd’hui, la marie de Lisbonne ne devrait-elle pas reprendre les rênes, se faire aider par l’association qui s’engage plus que jamais à défendre bénévolement déjà 500 adhérents ? Lisbonne, le Portugal, doivent-ils diviser pour mieux régner ou organiser pour fédérer ?
7€ ou 35€ la journée, c’est une énorme différence sur la marge que dégage un véritable artisanat au Portugal. 27€ x 30 artisans = 810€/semaine/mois de bénéfices sur le dos de personnes qui « se démènent comme un diable dans l’eau bénite », me semblent terriblement injuste.

ApioesteGosto d’Africa

Weak link (s) CEARTE is an extremely clever document in which some will have an obligation to adhere to it, because their level of qualification and commitment towards Portugal is the beginning of the desired recognition. However, today, CEARTE brings only one honorary qualification. So it’s a good start, but shouldn’t the Portuguese State also create an alternative to CEARTE, a simpler document, less honorary, but related to the only creation made in Portugal? At the same time, shouldn’t the Camara Municipal de Lisboa develop a logistics of differentiation in order to preserve its image, that of its city, that of its country? Differentiation attributed to the craftsman who creates for lack of time until on the market, offering prices always too expensive despite an ever lower margin, his daily lot!
€ 7 and € 35 for the same offer! You almost have to do Normal Sup to go around the subject! € 7 is the price of a market day billed by the town hall. 35 € by others, I mean here organizers who use public land to organize a public market, people who seem to have replaced the action of the town hall. For the reasons explained above, it is certain that the lack of market has given the initiative to some to fill a gap. But today, shouldn’t the Camara take over the reins, get help from the association which is more than ever committed to voluntarily defending 500 members already? Lisbon, Portugal, should they divide to better reign or organize to federate? € 7 or € 35 a day is a huge difference in the margin that real craftsmanship generates in Portugal. 27 € x 30 craftsmen = 810 € / week / month of profits on the back of people who « are struggling like hell in holy water », seem to me terribly unfair.

Felt Connexion (laine et soie)

Ajustement de la politique du Camara Municipal de Lisboa face à la crise 2010 et à l’engouement lisboète ?

En 2019, 70% des artisans sur les marchés lisboètes étaient des personnes sans emploi à la suite de la crise de 2010 ; 30% étaient des changements de vie où la liberté d’action devient le moteur créatif d’un souhait à un apaisement psychique. En ce sens, défendre ces personnes dynamiques en y associant une logistique « Gagnant, Gagnant » serait un PLUS pour tous : Lisbonne, le Portugal et ses bénéficiaires ; sachant qu’une association est prête à s’impliquer comme à son habitude.

Adjustment of the Camara Municipal de Lisboa’s policy in the face of the 2010 crisis and the Lisbon craze? In 2019, 70% of artisans on the Lisbon markets were unemployed people following the 2010 crisis; 30% were life changes where freedom of action becomes the creative engine of a wish for psychic appeasement. In this sense, defending these dynamic people by associating « Winning, Winning » logistics would be a PLUS for everyone: Lisbon, Portugal and its beneficiaries; knowing that an association is ready to get involved as usual.

Communication, marchés artisanaux, fabrication au Portugal

Le TOC shop, le marché du faux artisanal, c’est la gangrène d’une ville qui souhaite élever son image, son économie de marché. Si tout le monde a le droit d’occuper le terrain et à mener la vie qu’il entend, la politique de la ville définit son avenir. En cela, je suis sûre que les Portugais comme la ville de Lisbonne et l’État portugais, souhaitent la capitale, portugaise, culturelle et cosmopolite.
En plus, un TOP artisan, AVEC un site Internet de vente en ligne, pourrait finir par souhaiter ouvrir une boutique, et face à l’armada de grandes enseignes internationales, c’est une nouvelle fois « Gagnant, Gagnant » pour tous.
Aujourd’hui, l’inverse se produit (comme partout dans le monde). C’est triste, mais sans ajustement de la politique de la ville, je me demande comment l’histoire pourrait être autre à Lisbonne ?
Sans ajustement, le TOC a gain de cause.

Communication, craft markets, manufacturing in Portugal: The TOC shop, the fake craft market, is the gangrene of a city that wishes to raise its image, its market economy. If everyone has the right to occupy the land and lead the life they want, city policy defines their future. In this, I am sure that the Portuguese, like the city of Lisbon and the Portuguese state, want the capital, Portuguese, cultural and cosmopolitan. In addition, a craftsman TOP, WITH an online sales website, may end up wanting to open a shop, and facing the armada of major international brands, it is once again « Winner, Winner » for all. Today the opposite is happening (like everywhere in the world). It’s sad, but without adjusting city policy, I wonder how history could be different in Lisbon? Without adjustment, the TOC prevails.

Créations papierDélicieuses Sabores da Quinta

Bob en coton Emilia Matos – Créations Burel Maarana

Créer un écosystème de métiers artisanaux

Par cette évolution, le Camara Municipal de Lisboa ne ferait qu’adopter le « success model » LVMH, Hermés, « une intelligence organisée autour d’un écosystème de métiers artisanaux diversifiés ». Lisbonne, le Portugal serait aussi une exemple >>> 37’15’’ Croissance, les raisons d’y croire  : Excellente émission qui place en perspective l’économie de la France, de l’Europe et des grands de ce monde, la Chine et les USA.

By this development, the Camara Municipal de Lisboa would only adopt the LVMH success model, Hermés, « an intelligence organized around an ecosystem of diversified craft trades ». Lisbon, Portugal would also be an example >>> 37’15 ’’ Croissance, les raisons d’y croire : Excellent program that puts the economy of France, Europe and the world’s leaders, China and the USA in perspective.

Adeline A Lisbonne s’ajuste

J’avais nommé une catégorie de l’application « CréationS », je l’ai modifiée pour « Made in Portugal« , effectivement ! La catégorie « ArtisanatS » est devenue « Artisanat, Ethique » en français ; « Crafts, Ethics » in english ; « Artesanato, Etica » em português.
Adeline A Lisbonne a des idées…

Adeline A Lisbonnne adjusts  I had named a category “CréationS” in the application, I changed it to « Made in Portugal », indeed ! The category « ArtisanatS » has become « Artisanat, Ethique » in french; « Crafts, Ethics » in english; « Artesanato, Etica » em português.
Adeline A Lisbonne has ideas …

* Porto

Dernièrement au Cap-Vert, j’ai échangé avec Patricia, portugaise habitant Porto, remontée contre l’Etat portugais qui ne tient pas compte des ajustements de pays européens, qui agissent pour le bien-être de leur population et de la planète :
– Limiter le nombre de bateaux de croisière (skieurs…) ;
– Généraliser la limite des logements locaux (airbnb, booking…) ;
– Préserver la culture portugaise
Les deux premiers points, des artifices de croissance qui finissent par appauvrir un pays. Pour le troisème, Patricia argumente : « La restauration, où la cuisine portugaise signifiait abondance, partage sans limite de temps, à un prix à l’origine de cette convivialité, assez différente de la « nouvelle cuisine ! ».

Malheureusement, je n’ai pu qu’approuver l’argumentation de Patricia même si j’ai rappelé l’action bénéfique de la loi sur la préservation des « Lojas com Historia| Historic Shops ». En effet, c’est trop peu face au rouleau compresseur du tourisme de masse. En France, les restaurants sont devenus hors de prix pour souvent, depuis quelques années, « offrir » un qualité prix contestable, qui finit par nous faire recevoir chez soi ! Il fut un temps où les français allaient aussi prendre leur café à l’extérieur, les cafés ont disparu, disparaissent…
En 2017, certains commerçants me disait que le Portugal avait 30 ans de retard. Nous sommes beaucoup de grands voyageurs à croire l’inverse, que ce que le Portugal croit être du retard est devenu être une avance. Mais plus pour longtemps, car le rouleau compresseur s’emballe !

Par contre, si l’offre est limitée, les prix augmentent et les visiteurs sont autres. L’offre doit toujours être inférieure à la demande. L’inverse, Lisbonne le sait déjà, depuis 2018 (au moins), les chiffres d’affaires baissent malgré un tourisme en nombre bien supérieur. Avoir des centaines d’hôtels, un second aéroport lorsque Lisbonne ne sera plus Lisbonne, lorsque Porto ne sera plus Porto, comme dit Patricia, j’ai bien peur que « d’autres pays le produisent toujours pour moins cher que le Portugal« … Les villes, l’Etat portugais, doivent choisir rapidement.

Bien-sûr, le tourisme se développera toujours (nouveau record en 2019), les médias ne tarissent que d’éloges (dernier en date), et ils ont raison, mais quel monde est souhaité dans la capitale portugaise ?? Porto, Lisbonne, ont-ils intérêt à promouvoir auprès de leurs visiteurs, ce que représente le Portugal ou ce qui pullule dans le monde entier ??

* Porto: Recently in Cape Verde, I exchanged with Patricia, Portuguese living in Porto, rising against the Portuguese State which does not take into account the adjustments of European countries, which act for the well-being of their population and the planet: – Limit the number of cruise ships (skiers);
– Generalize the limit of local accommodation (airbnb, booking …);

– Preserve the Portuguese culture
  The first two points, artifices of growth which end up impoverishing a country. For the third, Patricia argues: « Catering, where Portuguese cuisine meant abundance, sharing without time limit, at a price at the origin of this conviviality, quite different from » new cuisine! « . Unfortunately, I could only approve Patricia’s argument even if I recalled the beneficial action of the law on the preservation of « Lojas com Historia | Historic Shops ”. Indeed, this is too little compared to the steamroller of mass tourism.
In 2017, some traders told me that Portugal was 30 years behind. We are a lot of frequent travelers to believe the opposite, that what Portugal believes to be late has become an advance. But not for long, because the steamroller is racing! On the other hand, if the offer is limited, prices increase and visitors are different. Supply must always be lower than demand. Conversely, Lisbon already knows that, since 2018 (at least), turnover has been falling despite much higher tourism. Having hundreds of hotels, a second airport when Lisbon is no longer Lisbon, when Porto is no longer Porto, as Patricia says, I’m afraid « other countries are still producing it for less than Portugal ». The cities, the Portuguese state, must choose quickly. Of course, tourism will always develop, the media are full of praise (latest), and they are right, but what world is desired in the Portuguese capital ??
Lisbon, Porto… do they have an interest in promoting to theirs visitors, what represents Portugal or what swarms around the world?

Lisboa, culture, interdisciplinarité, économie de marché

Entre Nous Lisboa Culture

Français / English

Catarina, José, deux générations, philosophie, art, la tranversalité dans le sang !

Portraits croisés / Cross portraits

Depuis sa naissance, Catarina Pombo Nabais est bercée entre philosophie et vie artistique. Ses études seront philosophiques. Après un doctorat sur Gilles Deleuze auprès de Jacques Rancière à Paris, elle devient chercheuse au Centro de Filosofia des Ciências (CFCUL) à l’Université de Lisboa.
Personnalité dynamique, elle y fonde le Science-Art-Philosophie Labotary (SAP LAB / CFCUL) ayant pour mission non seulement d’assumer la Philosophie comme activité créative, mais aussi de mettre en place, lancer la rencontre entre la Philosophie, la Science et l’Art. Entre plusieurs activités que Catarina organise au SAP Lab (séminaires,  conférences, workshops, interviews, éditions/publications, etc.), une lui tient particulièrement à cœur, celle d’accueillir, en résidence des artistes interdisciplinaires qui travaillent entre la science et l’art. La faculté restant bien-sûr un lieu d’étude et de recherche, elle devient aussi un espace de communication et d’exposition.
En tant que curatrice, Catarina a été responsable de plusieurs expositions dont celle sur les tatouages au Musée du Design et de la Mode (MUDE), considérée une des 5 meilleures expositions de 2017 par « Time Out », ainsi que celle sur le travail de l’artiste Bela Silva au Musée de l’Orient.
Par sa forme créative et enjouée au travail, Catarina se présente toujours comme étant « le singe de l’académie » en référence explicite du conte de Kafka ! En plus de multiplier les rencontres, diversifier les connexions culturelles, Catarina devient, autre que chercheuse et curatrice, aussi entrepreneuse pour associer son expérience universitaire à la vie artistique lisboète : Oficina Impossivel voit le jour en avril 2019 ; le nom en dit long !

CFCUL | Oficina Impossivel

Since her birth, Catarina Pombo Nabais is rocked between philosophy and artistic life. His studies will be philosophical. After a doctorate on Gilles Deleuze from Jacques Rancière in Paris, she became a researcher at the Centro de Filosofia des Ciências (CFCUL) at the University of Lisboa. Dynamic personality, she founded Science-Art-Philosophy Labotary (SAP LAB / CFCUL) with the mission not only to assume Philosophy as a creative activity, but also to set up, launch the meeting between Philosophy, Science and art. Among several activities that Catarina organizes at the SAP Lab (seminars, conferences, workshops, interviews, editions / publications, etc.), one is particularly close to her heart, that of hosting, in residence interdisciplinary artists, who work between science and art. The faculty of course remaining a place of study and research, it also becomes a space of communication and exhibition. As curator, Catarina has been responsible for several exhibitions including that on tattoos at the Museum of Design and Fashion (MUDE), considered one of the 5 best exhibitions of 2017 by « Time Out », as well as that on the work of artist Bela Silva at the Museum of the Orient. By her creative form and playful to work, Catarina always presents herself as being « the monkey of the academy » in explicit reference of the tale of Kafka! In addition to multiplying the meetings, diversifying the cultural connections, Catarina becomes, other than researcher and curator, also entrepreneur to thus associate her university experience with the artistic life of Lisbon: Oficina Impossivel is born in April 2019; the name says it all!

Livraria Sà da Costa

José Sousa Machado, remontons le temps, la dictature, le positionnement familial à droite et la pensée universitaire à gauche, il consacre ses études à l’économie afin d’approfondir la pensée de Marx, les moyens de production à l’origine des marchés. En 3ème année, il s’oriente vers un cursus « lettres » et devient ainsi journaliste. Sa raison d’être, « la paix, la beauté et la connaissance », sans compromission possible, origine des déplacements  intercontinentaux. En effet, si une économie de marché se rétracte à ne plus pouvoir équilibrer ses affaires, il faut s’organiser autrement. Ainsi, la vie de José est une suite de rebondissements entre maisons d’éditions au Brésil (Rio et Sao Paulo), éditeur à Lisbonne, un passage en Angola (2008) puis son retour à Lisbonne pour le compte de la Cha de Caxinde.

Artes & Leiloes d’après Art & Auctions (1988), Arte Iberica et Agenda Cultural Lisboa (1995)… Je vous passe toutes les éditions de magazines Auto, Montres et autres, que José a produit pour soutenir la revue d’art (avant Internet) ! I pass you all the editions of magazines Auto, Watches and others, that José produced to support the magazine d art (before the Internet)!

En 2012, José découvre le vaste espace rue Garett, dépouillé de culture et criblé de dettes. C’est l’heure de la séparation avec l’association culturelle angolaise, l’ouverture de la Livraria Sa da Costa, et la reprise des bureaux au 4ème étage, Praça Luis Camoes 22 (700m2).
José est humble, discret, mais aussi un forcené du développement et de la promotion du marché culturel au Portugal.
La culture en proue du bateau portugais ? Pas encore, 1% du budget portugais était seulement débattu au parlement fin 2019.

José Sousa Machado, let’s go back in time, dictatorship, family positioning on the right and university thinking on the left, he devotes his studies to the economy in order to deepen the thinking of Marx, the means of production at the origin of the markets. In the 3rd year, he turned to a « letters » course and thus became a journalist. Its raison d’être, « peace, beauty and knowledge », without possible compromise, origin of intercontinental displacements. Indeed, if a market economy shrinks from not being able to balance its affairs, it has to be organized differently. Thus, José’s life is a series of twists and turns between publishers in Brazil (Rio and Sao Paulo), publisher in Lisbon, his passage in Angola (2008) then his return to Lisbon on behalf of the Cha de Caxinde.
In 2012, José discovered the large space on rue Garett, stripped of culture and riddled with debts. It is time for separation from the Angolan cultural association, the opening of the Livraria Sa da Costa, and the resumption of offices on the 4th floor, Praça Luis Camoes 22 (700m2). José is humble, discreet, but also a fan of the development and promotion of the cultural market in Portugal. Culture at the forefront of the Portuguese boat? Not yet, 1% of the Portuguese budget was debated in parliament at the end of 2019.

La discrétion, le bien des Portugais, probablement le mal du Portugal. Dans une Europe en errance, ne serait-il pas venue l’heure des « petits » pays d’exprimer leur bon sens ? Le bon sens des petits qui relèvent les défis !
En tout cas, c’est la raison d’être de la chronique Entre Nous, et d’autant plus que nous sommes nombreux à penser que la culture est un levier économique exceptionnel. LE véritable allié économique au tourisme lorsque ce dernier est souhaité plus sélectif. Parfait aussi, lorsque la scène artistique lisboète mue un peu plus chaque jour, entre création et expérience portugaise, jeunesse internationale, galeries d’art, projets des résidences artistiques diversifiés et mécénats culturels.

Discretion, the good of the Portuguese, probably the bad of Portugal. In a wandering Europe, would it not have been time for the « small » countries to express their common sense? The common sense of the little ones who take up the challenges!
In any case, this is the purpose of the Entre Nous column, and all the more so since many of us believe that culture is an exceptional economic lever. THE real economic ally for tourism when the latter is desired more selective. Perfect also, when the Lisbon artistic scene changes a little more each day, between creation and Portuguese experience, international youth, art galleries, projects of diversified artistic residences and cultural sponsorship.

Résidence d’artistes, Open SAP LAB
Au SAP Lab,  Catarina Pombo Nabais a déjà organisé plusieurs résidences, toujours de philosophes. Récemment, elle a reçu la proposition d’une artiste allemande Katrin von Lehmann, qui souhaitait apprendre la philosophie de Gilles Deleuze, ainsi qu’avoir la possibilité de connaître et de travailler avec quelques scientifiques portugais. De septembre à novembre, Catarina a organisé ces rencontres autour de questions hybrides entre les relations de l’art et de la science. L’artiste a mis en place une recherche sur la méthode scientifique et a présenté les résultats de sa résidence dans une exposition à la Galeria Ciências de la Faculté de l’Université de Lisbonne, aussi organisée par Catarina.

Artist residency, Open SAP LAB : At the SAP Lab, Catarina Pombo Nabais has already organized several residences, still a philosopher. Recently, she received the proposal from a German artist Katrin von Lehmann, who wanted to learn the philosophy of Gilles Deleuze, as well as having the opportunity to know and work with some Portuguese scientists. From September to November, Catarina organized these meetings around hybrid questions between the relationships of art and science. The artist has carried out research on the scientific method and presented the results of his residency in an exhibition at the Galeria Ciências of the Faculty of the University of Lisbon, also organized by Catarina.

Oficina Impossivel

Art, artisanat, Oficina Impossivel Campo de Ourique & Santos
Depuis 2008, pendant 10 ans hébergée à la Fabrica Braço da Prata, Oficina Impossivel s’est partagé entre deux espaces différents, à Santos-o-Velho et à Campo de Ourique.
Oficina Impossivel Campo de Ourique, dirigée par la soeur de Catarina, Patricia  Pombo Medeiros, biochimiste de formation en conservation et en restauration, spécialisée en peinture, céramique et dessin, est un atelier de Restauration et Conservation (que j’aurai plaisir à découvrir prochainement).
Oficina Impossivel Santos-o-Velho, dirigée par Catarina, « galerie vivante entre créations d’artistes et d’artisans ». Il s’agit d’un concept élargi de la galerie d’art, une galerie habitée par des artistes et des artisans qui travaillent dans l’espace de la galerie et qui, ainsi, peuvent interagir directement avec le public. Oficina Impossivel est plus qu’une galerie, c’est aussi un projet qui donne corps à un collectif d’artistes et d’artisans, soit résidents dans ses ateliers et espaces de coworking, soit des collaborateurs externes.
Le double caractère des Oficina Impossivel  « Atelier » à Campo de Ourique et « Galerie » à Santos-o-Velho, issu d’un duo très complémentaire des deux sœurs, donne alors corps à ce projet commun, inédit et complexe : rejoindre la Philosophie et l’Art, créant ainsi des espaces où un monde de choses et d’idées est constamment conservé et réinventé !
Oficina Impossivel est l’endroit où tout peut avoir lieu, soit des conversations avec des artistes, soit des workshops de conservation et restauration, soit des conférences/masterclass en Philosophie, soit des expositions, bref où l’impossible peut vraiment arriver.
Dans un premier temps, Catarina loue le rez-de-chaussée d’un immeuble, dans le but de fonder un espace chaleureux associant livres, objets vintage et objets d’art, complétude qui raconte une histoire. L’idée est toujours celle de construire un espace de galerie informelle, non élitiste, où les œuvres d’art sont savamment, artistiquement, mélangés entre pièces vintage et livres. Entre-temps, les 120 m2 au 1er étage sont dédiés à la résidence artistique dans le but de créer une « chaude » connexion entre les ateliers d’artistes et l’espace galerie. Comme dit Catarina : « j’ai l’impression de recevoir des oeuvres d’art encore chaudes, fraichement descendues des ateliers » !
Gagnez 10 % sur toutes les créations de l’Oficina en présentant l’application Adeline A Lisbonne.

Art, crafts, artists, Oficina Impossivel Campo de Ourique & Santos: Since 2008, for 10 years hosted at Fabrica Braço da Prata, Oficina Impossivel has been shared between two different spaces, in Santos-o-Velho and Campo de Ourique.
 –
Oficina Impossivel Campo de Ourique, led by Catarina’s sister, Patricia Pombo Medeiros, biochemist by training in conservation and restoration, specializing in painting, ceramics and drawing, is a Restoration and Conservation workshop (which I will be pleased to discover soon ).
Oficina Impossivel Santos-o-Velho, directed by Catarina, « living gallery between creations of artists and craftsmen ». It is an expanded concept of the art gallery, a gallery inhabited by artists and artisans who work in the gallery space and who, thus, can interact directly with the public. Oficina Impossivel is more than a gallery, it is also a project that gives shape to a collective of artists and craftsmen, either residents in its workshops and coworking spaces, or external collaborators. The double character of the Oficina Impossivel « Atelier » in Campo de Ourique and « Galerie » in Santos-o-Velho, resulting from a duo very complementary of the two sisters, gives substance to this common, original and complex project: to join Philosophy and Art, thus creating spaces where a world of things and ideas is constantly preserved and reinvented! Oficina Impossivel is the place where everything can take place, either conversations with artists, conservation and restoration workshops, conferences / masterclasses in Philosophy, or exhibitions, in short where the impossible can really happen.
At first, Catarina rents the ground floor of a building, with the aim of founding a warm space combining books, vintage objects and works of art, a completeness that tells a story. The idea is still to build an informal, non-elitist gallery space, where works of art are skillfully, artistically, mixed between vintage pieces and books. Meanwhile, the 120 m2 on the 1st floor are dedicated to the artistic residence in order to create a « warm » connection between the artists’ studios and the gallery space. As Catarina says: « I have the impression of receiving works of art that are still warm, fresh from the workshops ». Earn 10% on all creations of the oficina by presenting the Adeline A Lisbonne application.

Vendredi 24 janvier à 18h, Oficina Impossivel – Galerie à Santos, ouvre ses portes pour sa première exposition dont le commissaire sera Catarina Pombo Nabais. Intitulée « 12+1 : la première fois ». L’exposition comptera 13 artistes et artisans résidents et collaborateurs d’Oficina Impossivel. Le vernissage marquera ainsi la nouvelle étape de ce projet, maintenant exclusivement dédié aux artistes et aux artisans. Nous sommes tous invités, TOP !

Friday 24 January at 6 p.m., Oficina Impossivel – Galerie in Santos, opens its doors for its first exhibition, curated by Catarina Pombo Nabais. Entitled « 12 + 1: the first time ». The exhibition will include 13 resident artists and artisans and collaborators of Oficina Impossivel. The opening will mark the new stage of this project, now exclusively dedicated to artists and artisans. We are all invited, TOP!

Livres anciens, espaces d’exposition et d’événements, pépinière cuturelle et résidence d’artistes, Livraria Sa da Costa
900m2 dédiés à l’art dans sa plus large expression, à sa promotion, afin de participer au développement de l’économie culturelle du Portugal :
200m2 rua Garett qui invitent à découvrir un négoce de livres anciens au rez-de-chaussée, en partenariat avec le spécialiste, Pedro Castro e Silva. A l’étage, deux espaces intempestifs dédiés aux expositions artistiques et autres événements culturels, philosophique, théâtral…
700m2 praça Luis Camoes (4ème étage) qui accueillent une pépinière interdisciplinaire d’artistes, sélectionnés, dont la qualité créative parle ou interpelle José.
De studios de peintre à l’atelier de joaillerie de Térésa Milheiro via la succursale de la plus grande galerie d’art d’Amérique latine, Fortes D’Aloia & Gabriel ; l’art digital et Ocupart ; le magazine UMBIGO que José a tenu à héberger en l’aidant par son expérience à recentrer son éditorial… Les bureaux et des espaces événementiels !

Old books, exhibition and event spaces, cultural nursery and artists’ residence, Livraria Sa da Costa, 900m2 dedicated to art in its widest expression, to its promotion, in order to participate in the development of the cultural economy of Portugal: – 200m2 rua Garett who invite to discover a trade in old books on the ground floor, in partnership with specialist, Pedro Castro e Silva. Upstairs, two untimely spaces dedicated to artistic exhibitions and other cultural, philosophical, theatrical events …
700m2 praça Luis Camoes (4th floor) which welcome an interdisciplinary nursery of selected artists, whose creative quality speaks or challenges José. From painter studios to the jewelry workshop of Térésa Milheiro via the largest art gallery in Latin America, Fortes D’Aloia & Gabriel ; digital art and Ocupart ; UMBIGO magzine that José wanted to host by helping him with his experience to refocus his editorial … Offices and event spaces!

Catarina, José, deux personnes pour qui priment la qualité, « la paix, la beauté et la connaissance », la philosophie, la culture, l’art, la tranversalité dans le sang. La culture, un biais de développement d’une économie de marché pour le Portugal ? OUIIII !

Catarina, José, two people who take precedence over quality, « peace, beauty and knowledge », philosophy, culture, art… Culture, a bias in the development of a market economy for Portugal? YES!